Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les retards de paiement ont un impact sur les PME et l’emploi





Le 12 Juin 2015, par

Les retards de paiement des grandes entreprises envers leurs fournisseurs et sous-traitants sont dommageables non seulement pour les TPE et PME, mais aussi pour l’économie du pays, estime Pierre Pelouzet, le médiateur national des relations inter-entreprises.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Dans son premier baromètre trimestriel sur les retards de paiement de factures, le médiateur a calculé que le délai moyen de règlement d’une facture prenait 13 jours de plus que le délai maximal, soit 60 jours après réception de la facture.

Ces retards de paiement représentent un total de 3,97 milliards d’euros. Ce manque à gagner pèse sur les épaules des petites entreprises — c’est même un des facteurs des défaillances des TPE/PME : 25% des faillites de ces entreprises sont le fait des retards de paiement de leurs factures.

Ces mauvaises manières ont « un impact sur l'emploi, sur l'investissement et sur la confiance. Ça bloque l'innovation, c'est un frein à cette économie qui est en train de petit à petit reprendre », explique le médiateur. Et l’impact est certain aussi sur l’emploi, puisque ce sont 100 000 emplois qui n’existent pas à cause de ces retards.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : facture

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook