Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Luca de Meo est prêt à diriger Renault





Le 22 Juin 2020, par Olivier Sancerre

Luca de Meo prendra la tête de Renault le 1er juillet. Le dirigeant italien aura fort à faire, car le futur directeur général devra affronter une crise économique et surmonter d'énormes difficultés pour redresser la barre du constructeur français.


Les difficultés de l'entreprise

Luca de Meo a fait une apparition durant l'assemblée générale de Renault qui s'est déroulée ce vendredi 19 juin. Une première pour le futur directeur général, qui va prendre son poste (le 1er juillet) en pleine tempête. « Redresser un des plus grands et prestigieux constructeurs automobiles mondiaux est peut-être à ce jour un des plus beaux défis que j’ai eus », a-t-il annoncé, dans un français parfait. Le dirigeant italien, ancien de Fiat et de Volkswagen, avait entamé sa carrière chez Renault. Il n'a pas caché les difficultés à venir : « Je suis tout à fait conscient de la difficulté de la situation de l’entreprise, aggravée par un contexte économique adverse et sans précédent ».

Celui qui succédera dans deux semaines à Clotilde Delbos, qui occupe le poste de directrice générale en intérim, partage le « sentiment d'urgence » et assure que « nous en avons besoin ». Il en appelle à la mobilisation de tous, elle est « nécessaire en ce moment (…) J’ai confiance en la capacité du groupe à s’en sortir ». Renault a annoncé la suppression de 15.000 postes dans le monde, dont 4.600 en France. Le groupe va recevoir un prêt garanti par l'État de 5 milliards d'euros.

Grands projets pour l'avenir

Luca de Meo a tenu à souligner les qualités du groupe automobile. Il a « vu de grands produits dans la gamme actuelle » ainsi que de grands projets pour l'avenir, comme la Zoé, la Clio ou encore la marque haut de gamme Alpine. « Cela remplit de joie le cœur d’un passionné de l’automobile comme moi ». Il est également ravi de l'Alliance avec Nissan et Mitsubishi, dont la stratégie visant à accélérer les synergies est une bonne nouvelle selon lui. Renault a besoin de ses partenaires pour maintenir sa place sur le marché.

Il faudra cependant attendre avant de connaître la vision du nouveau directeur général pour Renault, sans doute en fin d'année ou au début de l'année prochaine. Il a d'ores et déjà défini trois axes de travail : « une marque à reconstruire, une situation financière à remettre d’aplomb, des talents à fédérer ». L'organisation du groupe va être restructurée, le modèle économique de l'entreprise également. Beaucoup de travail en perspective pour Luca de Meo.



Tags : renault

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook