Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Michel-Edouard Leclerc veut poursuivre la guerre des prix





Le 3 Octobre 2017, par

Coup de tonnerre durant les États généraux de l'alimentation. Michel-Edouard Leclerc, le patron du groupe de distribution du même nom, s'oppose bruyamment à une réforme discutée entre industriels et agriculteurs, visant à augmenter les revenus de ces derniers.


L'idée discutée pendant les États généraux de l'alimentation est la suivante : relever le seuil de revente à perte des produits, afin que les prix d'achat des produits agricoles soient plus rémunérateurs pour les agriculteurs. Le prix d'achat inclurait en fait les frais de logistique ainsi que les coûts de mise sur le marché. Cela représenterait 15% du prix d'achat, une mesure proposée par la FNSEA, le syndicat agricole étant soutenu par la Fédération du commerce et de la distribution et par l'Association nationale des industries alimentaires.

Mais voilà, cette mesure ne passe pas auprès de Michel-Edouard Leclerc, qui n'a aucunement l'intention d'arrêter la guerre des prix qui sévit entre les grandes enseignes. Car ce relèvement des prix toucherait tous les produits de grande consommation, du lait à la lessive. Pas question pour le grand patron de payer plus cher les lessiviers pour aider les agriculteurs : pour lui, « augmenter le prix du dentifrice ou du savon [ne permettra pas] d'améliorer le revenu des paysans français ». Les partisans de cette réforme explique que par ruissellement, les agriculteurs bénéficieront de cette hausse généralisée des prix. Le grand patron pense lui qu'elle profitera d'abord aux industriels.

Selon Michel-Edouard Leclerc, ce relèvement du seuil de revente à perte provoquerait une hausse moyenne de 5 à 6%. Pour l'URFC-Que Choisir, qui rejoint le combat du distributeur, cette augmentation sera de 2,4% sur les rayons concernés, ce qui représentera 1,4 milliard d'euros sur l'année prochaine. Relever ce seuil « conduira à une hausse des prix », d'après l'association de consommateurs.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : distribution

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook