Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Michel Sapin réaffirme un déficit de la France en dessous de 3% pour 2015





Le 11 Avril 2014, par

Le nouveau ministre des Finances du gouvernement Valls I, Michel Sapin, a réaffirmé lors d’un point presse que la France tiendra son objectif de réduction du déficit pour 2015. Une affirmation qui va à l’encontre des avis des spécialistes et de l’Union Européenne même qui estiment que cela ne sera pas tenable.


cc/flickr/Parti Socialiste
cc/flickr/Parti Socialiste
La France semble avoir changé de stratégie envers Bruxelles. Alors que le gouvernement avait affirmé vouloir renégocier la question de la réduction du déficit, notamment en termes de délai, il semble que désormais il ne soit plus question de chercher à obtenir du temps supplémentaire. Bruxelles, qui avait déjà accordé deux ans de plus à la France (l’objectif était initialement prévu pour 2013) avait en effet laissé entendre qu’il ne serait pas question de renégociation.

Michel Sapin a donc réaffirmé l’intention de la France de réduire son déficit public en dessous des 3% en 2015 alors qu’en 2013 le déficit a été de 4,3% (supérieur aux attentes du gouvernement qui tablait sur 4,1% et de Bruxelles qui, moins optimiste, prévoyait 4,2%).

Le ministre des Finances a toutefois réaffirmé son intention d’entamer une discussion non pas sur les délais ou l’objectif mais sur « le rythme adapté à la situation ». Il s’estime mépris par les médias et précise sa pensée : « Nous avons parlé de rythme, (...) et les gens pensent tout de suite que ça veut dire ralentir. Eh bien, pas du tout. »

Toutefois, la Commission Européenne et de nombreux experts estiment impossible que la France tienne ses engagements, ce qui la conduirait à subir des sanctions. D’autant plus que Bruxelles a déjà prévenu le gouvernement qu’elle allait surveiller l’évolution du dossier. D’autres pays, comme l’Italie, ont en effet réussi leur pari : Rome a enregistré, en 2013, un déficit de 2,7% en accord avec Bruxelles et dans les délais.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook