Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Mistral : la France ne livrera pas en l'état le premier navire à la Russie





Le 4 Septembre 2014, par

Les tensions entre la Russie d'une part et l'Union européenne et les États-Unis d'autre part concernant le dossier ukrainien vont provoquer des dommages collatéraux.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
L'embargo russe sur les produits agro-alimentaires européens devrait ainsi représenter un manque à gagner de 5 milliards d'euros pour le secteur (et jusqu'à un milliard rien que pour la France). Autre écueil : le sort des deux Mistral actuellement construits sur le chantier naval de Saint-Nazaire sont désormais dans la balance. 
 
Le contrat entre la France et la Russie, d'un montant de 1,2 milliard d'euros, a été signé en 2011. Il prévoit la fourniture par la France de deux bâtiments militaires de type Mistral (BPC, bâtiment de projection et de commandement), dont le premier qui aurait dû être livré d'ici au 1er novembre. Ce ne sera pas le cas, du moins pas dans l'immédiat : l'Elysée a fait savoir qu'il ne donnait pas l'autorisation au navire de rejoindre son port d'attache.
 
Et il en ira ainsi tant que les événements en Ukraine ne se seront pas calmés. Un cessez-le-feu a été signé par les deux parties, mais ce n'est pas de nature à assouplir la position de la France, pour qui « les actions menées récemment par la Russie dans l'est de l'Ukraine contreviennent aux fondements de la sécurité en Europe ».
 
La France avait maintenu jusqu'à présent la livraison du premier bâtiment malgré la pression américaine et britannique. De son côté, la Russie va sans doute réclamer des dommages et intérêts.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré
















Rss
Twitter
Facebook