Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Naval Group devient l’entreprise préférée des Français, devant LVMH et bioMérieux





Le 2 Avril 2019, par François Lapierre

Airbus a perdu son trophée d’entreprise préféré des Français. L’avionneur européen est même éjecté du podium de ce classement, qui fête son dixième anniversaire.


La dixième édition de l’étude Randstat sur les entreprises préférées des Français bouscule le haut du classement. L’an dernier, Airbus trônait à la première place : en 2019, le constructeur aéronautique européen perd trois places et doit se contenter de la quatrième position ! Naval Group gagne six places par rapport à l’année dernier, et devient donc la société favorite des Français. LVMH est second (le groupe de luxe gagne deux places), tandis que les laboratoires pharmaceutiques bioMérieux conservent leur troisième position. 

Compagnie des Alpes, qui opère entre autres le parc Astérix et le musée Grévin, est 5e en gagnant 13 places ; France Télévisions prend un belle 6e place avec un gain de 11 places par rapport à l’an dernier. Dassault Aviation perd 5 places et prend la 7e position. En 8e place, le laboratoire Merck déboule dans le top 10 (+33 places !). La Fnac et L’Oréal ferment la marche, avec respectivement un gain de 17 places et une chute de 4 places. La méthodologie utilisée par Randstat est particulière : le cabinet demande aux Français de noter les employeurs qu’ils connaissent. Une méthode qui « ne prend donc pas en compte l’effet notoriété de l’entreprise puisque seules les personnes déclarant connaître une entreprise évaluent son attractivité ».

En pourcentage, 56% des personnes ayant répondu à l’enquête aimeraient travailler chez Naval Groupe, 55,7% chez LVMH, et 55,1% chez bioMérieux. Parmi les critères qui poussent les Français à choisir telle ou telle entreprise, la rémunération vient en tête à 62%, suivi par l’ambiance au travail (56%) et l’équilibre vie professionnelle/vie privée (47%). Les Français quittent une entreprise en raison d’une rémunération trop faible à 47%. Les perspectives de carrière limitées viennent ensuite avec 34%.



Tags : naval Group

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque










Rss
Twitter
Facebook