Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Naval Group et Fincantieri se lancent ensemble à l’assaut du marché militaire





Le 17 Juin 2019, par

Naval Group et Fincantieri ont créé leur co-entreprise en matière militaire. Les groupes français et italien unissent leurs forces pour concurrencer les entreprises chinoises et russes.


Les deux plus importants acteurs européens de la construction navale ont officialisé leur rapprochement sur le plan militaire, ce qui s’inscrit dans le cadre du projet « Poseidon » décidé en 2017 à Lyon lors du sommet Franco-italien. Après quelques atermoiements, il a été décidé de mettre sur pied une co-entreprise gérée à parité par les deux groupes. Les deux PDG, Giuseppe Bono (Fincantieri) et Hervé Guillou (Naval Group) siègeront ensemble et ils devront être d’accord à l’unanimité sur toutes les décisions, rapporte le dirigeant français à l’AFP. Le conseil de cette entité sera constitué de six membres et deux directeurs dont les postes seront partagés équitablement entre Français et Italiens.

 

Le siège de cette coz-entreprise sera basé à Gènes, tandis que l’ingénierie sera à Oulioules, dans le Var. Naval Group et Fincantieri entendent réaliser des synergies dans les lignes de produits, dans la recherche et développement, ainsi que que dans la promotion de leurs solutions. L’entité veut faire entendre sa voix dans un secteur dominé d’abord par la Chine, qui a capté 9 milliards de chiffres d’affaires en 2018, et les Russes qui seront deuxième dans le secteur l’année prochaine.

 

Pour y parvenir, la co-entreprise veut proposer des tarifs 30% inférieurs à ceux de ses homologues occidentaux, ce qui permettra à la marine française d’économiser 400 millions d’euros. L’ambition est de gagner de 4 à 5 milliards d’euros de prises de commandes supplémentaires à l’international dans les dix prochaines années, tout en réalisant des synergies de l’ordre de 10 à 15%.



Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : industrie

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook