Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Nissan repousse une nouvelle offre de fusion avec Renault





Le 23 Avril 2019, par

Renault et Nissan n’iront pas plus loin que l’Alliance que les deux constructeurs automobiles forment depuis 1999. Le partenaire japonais aurait repoussé une nouvelle proposition de fusion.


En 1999, Renault volait au secours de Nissan, qui était alors en grande difficulté. Une alliance entre les deux constructeurs a alors été mise sur pied : le groupe français détient 43,4% du capital de son partenaire japonais, tandis que Nissan obtient 15% du capital de Renault, sans droit de vote. En 2016, l’alliance s’est élargie à Mitsubishi. Mais durant toutes ces années pendant lesquelles les entreprises ont fonctionné ensemble, les rumeurs d’une fusion n’ont cessé d’émerger. À force de travailler ensemble et de mutualiser les ressources, il parait assez logique de faire un nouveau pas en avant.

Mais Nissan s’y est toujours opposé, et c’est encore le cas de la dernière offre en date, rapporte le quotidien Nikkei. L’intégration plus poussée entre les différents niveaux de management devrait rester lettre morte, une fois encore. En demandant une fusion des équipes de gestion, Renault pense que les deux entreprises bénéficieront d’une optimisation des synergies. Mais du côté de la direction de Nissan, on estime que les termes de l’Alliance sont au bénéfice du partenaire français ; une plus grande intégration serait une manière d’entériner l’inégalité de traitement, selon le constructeur.

Difficile dans ces conditions de rapprocher encore plus les deux entreprises. Nissan est particulièrement remonté contre Carlos Ghosn, ex-président des constructeurs automobiles et architecte de l’Alliance. Si la structure a été récemment revue et équilibrée, Renault a conservé sa position au sein du capital de Nissan. Or, ce dernier demande une meilleure relation capitalistique.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : nissan

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook