Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Nokia supprime 1.233 postes en France





Le 22 Juin 2020, par Olivier Sancerre

Le couperet est tombé. Nokia a annoncé une coupe claire en France : la filiale hexagonale va être amputée d'un tiers de ses effectifs. L'équipementier télécoms paie son retard sur la 5G.


Douche froide pour Nokia France

C'est une douche froide alors que Nokia devrait logiquement profiter du déploiement de la 5G partout dans le monde. Le groupe finlandais a confirmé un plan de réduction des effectifs pour la filiale française, ex Alcatel-Lucent : durant le comité social économique central extraordinaire organisé ce lundi 22 juin à Paris, la direction a annoncé la suppression de 1.233 postes en France, soit un tiers des effectifs. C'est au sein de la recherche et développement ainsi que dans les fonctions centrales sur les sites de Paris-Saclay et Lannion que la coupe claire va frapper. Nokia explique être dans l'obligation de réduire la voilure « dans un contexte de marché où la pression sur les coûts demeure très importante ».

Dans un communiqué, la direction confirme avoir prévenu les instances représentatives du personnel aux niveaux européen et français (Alcatel-Lucent International). En revanche, les trois filiales françaises ne sont pas concernées par ces suppressions de postes : Radio Frequency Systems (RFS), Nokia Bell Labs France (NBLF) et Alcatel Submarine Networks (ASN). Malgré tout, ce ne sera pas un soulagement pour les ex Alcatel-Lucent qui devaient sans doute espérer un meilleur sort.

La R&D particulièrement touchée

C'est en 2016 que Nokia acquiert le champion français Alcatel-Lucent. Pour emporter le morceau face à celui qui était alors ministre de l'Économie (Emmanuel Macron), la direction du groupe s'engage à préserver les effectifs globaux pour une durée de deux ans, et à augmenter de 25% les effectifs dans la R&D puis de les maintenir pendant quatre ans. Nokia crée effectivement 500 postes au sein de la R&D. Mais dans le même temps, l'entreprise enchaîne les plans de suppressions de postes : trois en trois ans.

De 4.200 employés au moment de l'acquisition, Nokia France n'en compte plus que 3.800… et c'était avant l'annonce de ce lundi. L'équipementier télécoms n'a pas su profiter des déboires de Huawei, le géant chinois de la 5G, qui est inscrit sur la liste noire de nombreux pays. Nokia paie son retard technique au détriment du rival Ericsson et de Huawei. Le groupe passe à côté d'opportunités très intéressantes en cette période de déploiement de la 5G.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook