Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Nouvelle-Zélande : les acheteurs étrangers n'ont plus accès au marché de l'immobilier





Le 16 Août 2018, par

La Nouvelle-Zélande a mis en place une mesure radicale pour éviter la spéculation immobilière : les acheteurs étrangers ne peuvent tout simplement pas acquérir de propriétés résidentielles.


L'objectif de Jacinda Ardern, la Première ministre travailliste de Nouvelle-Zélande, est de rendre l'immobilier plus abordable pour ses concitoyens. D'où le vote de cette nouvelle loi, qui interdit aux étrangers d'acheter des biens immobiliers au pays. Ce texte vise à s'assurer que le marché des maisons et des appartements soit « fixé en Nouvelle-Zélande » et pas par les marchés internationaux, soutient David Parker, le ministre du Développement économique du pays. Cette mesure « prouve la détermination de ce gouvernement à permettre que davantage de Néo-Zélandais puissent réaliser leur rêve de l’accès à la propriété », selon lui.

Pour appuyer sa démarche, le gouvernement né-zélandais avait relevé une augmentation de 30% dans l'immobilier résidentiel du pays en cinq ans. Une hausse deux fois plus élevée que la croissance des salaires… et même quatre fois plus élevée que dans la capitale économique Aukland. Au vu de la hausse des prix de l'immobilier, le nombre de propriétaires en Nouvelle-Zélande est au plus bas en 60 ans. Selon les dirigeants du pays, la faute en revient aux investisseurs étrangers, dont le pouvoir d'achat est supérieur à celui des habitants.

Le gouvernement vise tout particulièrement les investisseurs chinois, qui seraient les premiers responsables de la hausse des prix de l'immobilier en Nouvelle-Zélande. Ces derniers ne seront donc plus en mesure d'acheter de logements dans le pays ; il existe toutefois deux exceptions à la règle : les acheteurs venant d'Australie et de Singapour conservent un accès au marché immobilier néo-zélandais.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook