Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Nouvelle déception pour Uber en Bourse





Le 14 Mai 2019, par François Lapierre

Durs, durs les premiers pas d’Uber en Bourse. Le service de mise en relation avec les VTC (véhicules de tourisme avec chauffeur) a connu deux premières journées très difficiles à Wall Street.


Vendredi dernier, Uber se lançait finalement en Bourse, après des mois voire des années d’attente. Malheureusement pour l’entreprise, cette introduction à Wall Street s’est mal déroulée : l’action, pourtant proposée à un prix quasiment « plancher » par rapport aux estimations (45 dollars), a perdu 7,6% vendredi. Le deuxième jour de cotation du titre ce lundi a été pire, avec une perte de 11,26%, à 36,88 dollars. C’est bien simple, en deux jours, le groupe a perdu 20 milliards de dollars de valeur boursière, sa valorisation étant désormais de 62,1 milliards. Il y a un mois, Uber était valorisée par les économistes à hauteur de 100 milliards… On comprend dès lors la déception des investisseurs, mais aussi des dirigeants de l’entreprise.

La dégringolade d’Uber a entraîné Lyft dans sa chute. Les deux rivaux, qui se sont lancés en Bourse à quelques semaines d’écart, ne sont à la fête ni l’un, ni l’autre. Lyft perdait 7,4% vendredi, la société affichait une perte supplémentaire de 6,5% ce lundi. Depuis son lancement à Wall Street fin mars, cette entreprise a perdu un tiers de sa valeur… Ce qui heurte les investisseurs avec Uber et Lyft, c’est que les perspectives de rentabilité semblent très loin. Uber a ainsi perdu un milliard de dollars au premier trimestre, pour 3 milliards de chiffre d’affaires.

Les investisseurs craignent également que l’argent frais levé en Bourse ne serve finalement qu’à financer les promotions offertes aux utilisateurs des deux entreprises, qui se sont lancés dans une bataille féroce aux États-Unis afin de devenir la plateforme de mise en relation la plus utilisée. Or, ces entreprises ont également besoin de financer des investissements, notamment dans la conduite autonome, un secteur qui coûte très cher.



Tags : uber

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook