Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

PSA Peugeot Citroën met fin à la RCZ





Le 21 Avril 2015, par

Il est terminé le temps où les constructeurs français pouvaient rivaliser avec les grandes marques internationales (allemandes, surtout) ayant au catalogue des modèles sportifs. PSA Peugeot Citroën a mis fin à l’existence discrète de la RCZ.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
C’est à Shanghaï, durant le salon de l’auto, que le groupe automobile français a fait savoir que la RCZ ne sera pas remplacée. Magna Steyr, le partenaire autrichien du constructeur, produira les derniers modèles qui sortiront des lignes en fin d’année, et c’en sera tout pour cette aventure.

La RCZ n’a pourtant pas démérité. Mieux, on pourrait lui décerner un brevet de survie, au vu de son lancement en plein milieu de la pire crise financière et économique de l’histoire — Peugeot a joué de malchance en débutant la commercialisation de son coupé sportif en 2009.

Le bolide a pu aussi donner une nouvelle image de marque à PSA Peugeot Citroën, relançant les ventes d’autres véhicules. Mais en ce qui concerne les ventes de la RCZ en elles-même, elles n’ont rien d’extraordinaires, même pour un modèle de cette gamme : moins de 50 000 unités depuis son lancement…

Le groupe automobile, en pleine opération de consolidation, va revoir le nombre de véhicules à son catalogue : de 22 en 2014, ils ne seront plus que 13 à l’horizon 2022. La RCZ n’avait plus sa place dans cette nouvelle stratégie.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré
















Rss
Twitter
Facebook