Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

PSA et Fiat Chrysler officialisent leur union





Le 18 Décembre 2019, par Olivier Sancerre

Un nouveau géant de l'automobile est né ce mercredi 18 décembre. Après des discussions de plusieurs semaines, les groupes PSA et Fiat Chrysler ont signé un accord de rapprochement en vue d'une fusion, qui en feront le quatrième constructeur mondial.


Une fusion entre deux égaux

Les marques du groupe PSA (Peugeot, Citroën, DS et Opel/Vauxhall) cohabiteront bientôt avec celles de Fiat Chrysler (FCA) : Alfa Romeo, Dodge, Jeep, Lancia, Maserati, et bien sûr Fiat et Chrysler. Les deux entreprises ont annoncé, dans un communiqué commun, la signature d'un accord de rapprochement engageant pour une fusion « entre égaux ». Ensemble, l'entité sera le quatrième constructeur automobile mondial, derrière Volkswagen, l'Alliance Renault Nissan Mitsubishi et Toyota.

La fusion sera réalisée « sous 12 à 15 mois », précise le communiqué. Les deux entreprises vont devoir obtenir le feu vert des autorités de régulation dans le monde. C'est aux Pays-Bas que se trouvera le siège de PSA FCA, mais les constructeurs resteront cotés à Paris, à Milan et à New York. Carlos Tavares, le patron de PSA, devient le directeur général de l'entité, tandis que John Elkann, président de FCA, sera président du groupe fusionné dont le nom sera connu dans les prochains mois.

Le quatrième constructeur mondial

Ensemble, PSA et FCA emploieront plus de 400 000 personnes. Le chiffre d'affaires annuel de la nouvelle entreprise s'élève à 170 milliards d'euros. Elle écoule 8,7 millions de véhicules, avec les capacités industrielles pour produire encore plus de voitures. Les synergies attendues en année pleine sont estimées à « environ 3,7 milliards d'euros ». Et les deux groupes précisent qu'aucune fermeture d'usine ne sera liée à l'opération.

40% de ces synergies issues de la fusion proviendront des économies « liées aux technologies, aux produits et plateformes ». Les économies sur les achats représenteront 40% des 3,7 milliards d'euros de synergies. Le reste, c'est à dire 20%, seront tirés d'autres domaines comme le marketing, l'informatique, la logistique ou encore les frais généraux. Ces économies serviront à l'investissement dans l'automobile propre et dans les nouvelles mobilités.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook