Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pêche en eaux profondes : Intermarché cède un peu face aux critiques





Le 31 Janvier 2014, par

La polémique avait éclaté fin 2013 alors que le Parlement Européen devait se prononcer en faveur ou contre la pêche en eaux profondes, avec la technique appelée chalutage, très critiquée par les écologistes car portant atteinte aux fonds marins fragiles. En France, seul Intermarché, via sa filiale Scapêche, utilise encore cette technique.


cc/flickr/OMAR-DZ
cc/flickr/OMAR-DZ
Le Parlement Européen avait finalement décidé de ne pas interdire le chalutage mais tout simplement de l’encadrer un peu mieux. Une décision insuffisante pour les ONG et les écologistes qui espéraient une interdiction du chalutage pure et simple. Mais le scandale qu’avait fait cette histoire, porté surtout par une bande dessinée sur internet, aura été entendu par le groupe de grande distribution.

Intermarché s’est en effet engagé à ne plus faire de chalutage en dessous de 800 mètres de profondeur d’ici à 2015. Une décision qui a été saluée par les ONG et les écologistes comme Bloom, WWF et Deep Sea Conservation Coalition.

C’est également un très bon moyen pour Intermarché de se défaire d’une partie de cette image très négative qui lui est restée sur le dos depuis le scandale et le bad buzz sur Internet. Toutefois, si c’est un début, pour certaines ONG ce n’est pas encore assez.

Philippe Germa, directeur de WWF France, estime en effet que si c’est une « bonne nouvelle pour la biodiversité » le seuil de 800 mètres de profondeur est « encore trop profond par rapport à la vulnérabilité des espèces ».

Pour GreenPeace, par exemple, ne pas faire de chalutage en dessous de 600 mètres de profondeur serait suffisant pour « mettre fin à l’exploitation des écosystèmes profonds les plus vulnérables ». Mais la décision de Scapêche reste une bonne chose et surtout semble dictée par une volonté de responsabilité envers les fonds marins puisque le Parlement européen n’a pas demandé que le chalutage ne soit pas pratiqué en dessous du seuil des 800 mètres de profondeur.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook