Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Philippe Giry-Deloison, Neuilly Nouveaux Medias : "Notre pépinière de start-ups en mode distribué est un système unique en France"





Le 17 Juillet 2014, par


Avez-vous mis en place une stratégie de « fidélisation territoriale » pour retenir ces jeunes entreprises, au terme de ces 23 mois d’hébergement en pépinière ?

Nous souhaitons naturellement voir les entreprises que nous aidons rester sur Neuilly et participer au développement économique de la ville et de son environnement. Mais nous ne pouvons en aucun cas en faire un critère ou une condition de sélection des dossiers. Sachant que nous accueillons des start-ups d’horizons extrêmement divers, elles peuvent avoir des velléités très différentes sur la suite à donner à leur activité. Elles peuvent tout à fait faire le choix de se développer à l’étranger, et cela a d’ailleurs été le cas pour l’une de nos start-ups qui s’est envolée vers les Etats-Unis.
 
En revanche, dans la mesure de ce que nous pouvons faire, nous continuons d’aider les entreprises qui souhaitent rester sur Neuilly, une fois terminés les 23 mois de présence au sein d’une société parraine. Compte tenu d’un taux de vacances des immeubles très faible, il n’est pas toujours simple de trouver des solutions de logement à Neuilly,. Mais nous aidons autant que faire se peut les entreprises qui souhaitent s’installer.
 
Sachant que ces entreprises ont passé 23 mois dans l’environnement économique de Neuilly, elles parviennent dans bien des cas à trouver seules des solutions d’hébergement de leur société, via le réseau de relations nouvellement créé.

A-t-il été difficile de réunir des partenaires privés autour du projet, et comptez-vous fédérer d’autres grandes entreprises autour de cette initiative ?

Pour l’instant, nous n’avons pas contacté l’ensemble des partenaires économiques présents au sein de notre aire d’influence, mais ceux avec qui cela a été fait ont accueilli très positivement la démarche. En revanche, nous ne sommes vraisemblablement pas très loin d’avoir épuisé le réservoir de parrains potentiels. Mais il y a la Défense à proximité et nous avons commencé à étendre notre initiative jusque-là. Il pourrait y avoir un très fort intérêt pour tous les acteurs de ce projet à le voir s’étendre à d’autres villes et à d’autres sociétés, y compris de taille intermédiaire.
 
Nous avons une démarche proactive permanente pour accueillir de nouvelles sociétés parraines. Cela nous prend du temps, parce qu’il faut à chaque fois réexpliquer la teneur du projet et ce que cela implique pour les parrains. Mais comme nous nous adressons à de grandes sociétés, il y a rarement de problèmes lorsqu’il est simplement question de mettre à disposition un local et quelques facilités au sein d’ensembles de bureaux souvent très vastes. L’avantage de notre projet, c’est qu’il est relativement simple à mettre en œuvre, pour un investissement faible de la part des entreprises concernées.
 
Fait satisfaisant pour nous : la notoriété grandissante de notre initiative aidant, nous commençons à recevoir directement des candidatures d’entreprises désireuses de se joindre au projet. L’écho médiatique, en particulier de la part des start-ups bénéficiaires, joue beaucoup en notre faveur.

La ville de Neuilly a-t-elle instauré d’autres mécanismes de soutien aux jeunes entreprises ?

En plus de l’association Neuilly Nouveaux Médias et de l’incubateur NeuillyLab, nous avons entamé des réflexions sur plusieurs axes. A destination de grandes entreprises désireuses de nous rejoindre sur la commune, nous avons mis en place des outils pour aider celles qui souhaiteraient par exemple disposer d’infrastructures particulières. Nous avons parfois la possibilité de simplifier et fluidifier en amont certaines démarches d’installation, tout en fournissant des services spécifiques. 
 
Nous réfléchissons également à la façon dont nous pourrions aider les PME de Neuilly, en facilitant par exemple des démarches de mutualisation pour certains services. On peut imaginer par exemple qu’une entreprise de 50 personnes n’a pas les moyens d’assurer seule un service de restauration. En revanche en réunissant, à notre niveau, plusieurs entreprises de taille équivalente autour de ce projet, nous pouvons lui donner corps et aider à la mutualisation des coûts. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, mais notre intervention peut permettre ce genre d’opportunités pour les PME de Neuilly.




Philippe Giry-Deloison
Philippe Giry-Deloison
Philippe Giry-Deloison est le Président-fondateur de GDIS et Senior Advisor de la banque Edmond de Rothschild. M. Giry-Deloison est un ancien partner de McKinsey et Accenture. Il est par ailleurs Conseiller municipal de Neuilly-sur-Seine et expert économique auprès de la Fondation Concorde. Il est membre du groupe de travail PLF Entrepreneurs à l’Assemblée nationale et est co-auteur de plusieurs amendements sur la fiscalité des entreprises.

Visitez le site de Neuilly Nouveaux Medias

1 2



Grégoire Moreau
Journaliste et blogueur, je me suis fait avec le temps une spécialité des questions techniques et... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook