Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pour Christine Lagarde, la crise n'est pas terminée





Le 11 Décembre 2013, par

Une petite piqûre de rappel à l'encontre des dirigeants européens. Christine Lagarde n'a pas mâché ses mots, mardi, devant le Parlement européen à l'occasion d'une rencontre avec le Comité économique et social européen (CESE). Pour elle, la crise n'est pas terminée, et il faut redoubler d'efforts au niveau des réformes.


Christine Lagarde a appelé l'Europe à ne pas se reposer sur ses lauriers, car la crise n'est pas réglée.
Christine Lagarde a appelé l'Europe à ne pas se reposer sur ses lauriers, car la crise n'est pas réglée.
Le message de la directrice générale du FMI est clair. "La crise n'est pas derrière nous", et tout ne va pas bien. Il faut donc redouble d'efforts. 

"Pouvons-nous vraiment dire que la crise est derrière nous quand il y a 12 % de la population active sans emploi ?" s'est-elle demandée devant le Comité économique et social européen (CESE). "Il n'y a pas lieu de crier victoire. Il faut faire plus" a-t-elle également déclarée.  Concrètement, la directrice du FMI a demandé à l'Union européenne de passer la vitesse supérieure et d'engager les réformes nécessaires à la sortie de crise, notamment au sujet de la fameuse union bancaire. Elle a également appelé la Banque centrale européenne (BCE) a maintenir le plus longtemps possible ses taux d'intérêts à un niveau bas, pour ne pas mettre en péril les banques nationales et les gouvernements. 

"Il y a des signes évidents que tout ne va pas bien" au sein de l'Union européenne s'est exprimée la présidente du FMI. Il ne faut pas être grand clerc pour faire un tel constat. En ce qui concerne l'union bancaire, cette dernière reste une "priorité". Mardi, d'ailleurs, les ministres des Finances de l'Union européenne ont entamé des négociations à ce sujet, sur le mécanisme chargé de décider du sort des banques en faillite, au sein de la zone euro.

"Notre position au FMI est assez simple : l'union bancaire doit être un ensemble simple avec un mécanisme unique de supervision et un mécanisme unique de résolution des banques équipé d'un filet de sécurité commun" a conclu Christine Lagarde. Néanmoins, tout n'est pas noir non plus. La présidente du FMI a salué en effet les progrès de l'Europe depuis le début de la crise, et notamment les prévisions de croissance à la hausse, envisagée à 1 % pour 2014, et la légère baisse des chiffres du chômage. 


Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum












Rss
Twitter
Facebook