Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pour Christine Lagarde, la crise n'est pas terminée





Le 11 Décembre 2013, par

Une petite piqûre de rappel à l'encontre des dirigeants européens. Christine Lagarde n'a pas mâché ses mots, mardi, devant le Parlement européen à l'occasion d'une rencontre avec le Comité économique et social européen (CESE). Pour elle, la crise n'est pas terminée, et il faut redoubler d'efforts au niveau des réformes.


Christine Lagarde a appelé l'Europe à ne pas se reposer sur ses lauriers, car la crise n'est pas réglée.
Christine Lagarde a appelé l'Europe à ne pas se reposer sur ses lauriers, car la crise n'est pas réglée.
Le message de la directrice générale du FMI est clair. "La crise n'est pas derrière nous", et tout ne va pas bien. Il faut donc redouble d'efforts. 

"Pouvons-nous vraiment dire que la crise est derrière nous quand il y a 12 % de la population active sans emploi ?" s'est-elle demandée devant le Comité économique et social européen (CESE). "Il n'y a pas lieu de crier victoire. Il faut faire plus" a-t-elle également déclarée.  Concrètement, la directrice du FMI a demandé à l'Union européenne de passer la vitesse supérieure et d'engager les réformes nécessaires à la sortie de crise, notamment au sujet de la fameuse union bancaire. Elle a également appelé la Banque centrale européenne (BCE) a maintenir le plus longtemps possible ses taux d'intérêts à un niveau bas, pour ne pas mettre en péril les banques nationales et les gouvernements. 

"Il y a des signes évidents que tout ne va pas bien" au sein de l'Union européenne s'est exprimée la présidente du FMI. Il ne faut pas être grand clerc pour faire un tel constat. En ce qui concerne l'union bancaire, cette dernière reste une "priorité". Mardi, d'ailleurs, les ministres des Finances de l'Union européenne ont entamé des négociations à ce sujet, sur le mécanisme chargé de décider du sort des banques en faillite, au sein de la zone euro.

"Notre position au FMI est assez simple : l'union bancaire doit être un ensemble simple avec un mécanisme unique de supervision et un mécanisme unique de résolution des banques équipé d'un filet de sécurité commun" a conclu Christine Lagarde. Néanmoins, tout n'est pas noir non plus. La présidente du FMI a salué en effet les progrès de l'Europe depuis le début de la crise, et notamment les prévisions de croissance à la hausse, envisagée à 1 % pour 2014, et la légère baisse des chiffres du chômage. 


Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook