Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Quand l'Union européenne déverse des subventions sans raison





Le 7 Novembre 2014, par

Avec un budget de 148,5 milliards d'euros l'an dernier, les dépenses de l'Union européenne ont été forcément nombreuses… et certaines se sont révélées bien mystérieuses. La Cour des comptes européenne s'est penchée sur ces dépenses à problèmes.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin

En tout et pour tout, l'UE a englouti 6,97 milliards d'euros en dépenses incohérentes, ce qui représente, excusez du peu, 4,7% du budget annuel de l'institution. Il y a dans ce catalogue un peu de tout, et surtout des dépenses sans fondement comme ce financement d'une PME slovène pour financer une partie de son budget recherche et développement : cette petite entreprise s'est révélée être la propriété de grands constructeurs automobiles. Ces derniers ont donc bénéficié indirectement d'une aide de l'Europe.

Plusieurs propriétaires français, allemands ou encore irlandais de terrains ont reçu des subventions dite de « prairies permanentes », afin qu'ils conservent leurs champs recouverts d'herbe. Il se trouve que ces terrains étaient surtout des petits bois. De l'art d'arnaquer l'Union européenne en faisant passer des vessies pour des lanternes…

Dernier exemple, les auditeurs de la Cour des comptes ont relevé le versement d'une subvention à un agriculteur italien pour arrêter d'utiliser des pesticides sur sa production : cela n'a pas empêché ce petit malin de continuer à propager des pesticides à douze reprises sur l'année. 

Des exemples de petites arnaques baroques, et plutôt inquiétantes pour les finances de l'Union européenne dont les caisses sont remplies par des États aux budgets exsangues. Ces 7 milliards reversés pour rien auraient pu servir à des projets bien plus importants.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook