Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Rafale : et maintenant, cap sur l’Inde





Le 18 Février 2015, par

L’Egypte a été le premier pays à signer avec Dassault et l’État français pour la livraison de Rafale… mais pendant longtemps, on pensait que l’Inde tenait la corde. Il faudra cependant encore attendre avant de savoir si oui ou non, le pays succombera aux charmes de l’avion de chasse.


L’encre a à peine eu le temps de sécher sur le contrat entre l’Égypte et Dassault que déjà, on s’interroge pour savoir si l’Inde emboîtera le pas. Il est certain que cette signature va accélérer les choses, a assuré Laurent Fabius le ministre des Affaires étrangères. Ce à quoi le ministre de la Défense indien, Manochar Parrikar, a répliqué qu’une décision ne sera pas prise avant le mois de mars.

Cela tombe somme toute plutôt bien : le Premier ministre du pays, Narendra Modi, effectuera un voyage en France au mois d’avril. Un timing idéal pour lui vendre les charmes du Rafale. Ce d’autant que le pays fait déjà affaire avec Dassault : l’avionneur a remporté en 2012 un appel d’offres portant sur 126 avions pour un montant de 15 milliards de dollars.

Seul hic : le contrat n’a jamais été finalisé… Dassault devait fournir 18 Rafale et laisser l’Inde en produire 108, tout en garantissant la qualité de cette production locale. Paris saura t-il débloquer la situation ?


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : inde, rafale

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook