Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Rafale : le décès du négociateur du contrat pourrait retarder les transactions





Le 3 Octobre 2013, par

L'Inde et le Rafale ne font définitivement pas bon ménage. Et le (long) processus de vente de 126 appareils à l'Etat indien n'est toujours pas terminé. En effet, mercredi matin, l'homme clé des négociations sur le contrat, Arun Kumar Bal, est décédé d'une crise cardiaque.


La France arrivera-t-elle à vendre ses 126 Rafale à l'Inde ?
La France arrivera-t-elle à vendre ses 126 Rafale à l'Inde ?
C'est un nouveau coup de théâtre qui plombe les négociations autour de la vente de 126 Rafale à l'Inde. Le négociateur principal du contrat est décédé mercredi matin des suites d'une crise cardiaque. L'homme, travaillant pour le ministère de la Défense, était chargé de deux très gros dossier : le contrat Rafale portant sur l'acquisition d'avions de combat pour l'armée de l'air, et l'enquête sur des faits de corruption dans le cadre de l'acquisition de douze hélicoptères à AgustaWestland, une filiale de l'industriel italien Finmeccanica.

La signature du contrat est de fait retardée. A New Delhi, on estime que le décès de Bal porte un sale coup aux espoirs d'une signature rapide. Selon le quotidien Les Echos citant un connaisseur des procédures, "il y a une notion de responsabilité quasi personnelle dans l'organisation de l'administration indienne". En clair, un dossier, un homme.

Le remplacement d'Arun Kumar Bal ne se fera donc pas du jour au lendemain. Il devrait y avoir au préalable toute une procédure de réflexion politique autour de ce poste, si exposé. Et quand le remplaçant prendra le dossier en main, il lui faudra certainement un peu de temps avant de maîtriser toutes les ficelles de l'affaire.

De plus, il restait à Bal la rédaction d'une note conclusive sur les termes de l'accord. Une note qui suivra un parcours compliqué à travers l'administration indienne. Car en Inde, tout prend du temps. Et la corruption qui gangrène l'Etat indien n'arrange rien à la situation. Le successeurs d'Arun Kumar Bal héritera donc de tout ce bagage explosif.

Certains parlent donc d'encore un an avant d'espérer aboutir. Entre temps se dérouleront des élections générales, et un nouveau gouvernement devra ensuite étudier le dossier. Côté français, l'optimisme règne. Selon GIE Rafale, la nomination du nouveau négociateur ne devrait pas prendre plus d'une semaine.


Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook