Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Rémunération : le patron de Total ne veut pas de loi





Le 18 Mai 2016, par

La polémique sur les rémunérations très élevées des grands patrons a rebondi ces derniers jours avec les menaces d’Emmanuel Macron puis de François Hollande sur la possibilité de légiférer.


Le conseil d’administration de Renault, en votant pour une rémunération de plus de 7 millions d’euros au PDG Carlos Ghosn, est allé à l’encontre de l’assemblée générale des actionnaires, qui compte l’État (il détient environ 20% du capital du constructeur automobile). Une situation difficilement acceptable pour le gouvernement, qui gronde le patronat et menace donc d’une loi.

Patrick Pouyanné, PDG de Total, estime au contraire que l’État ne doit pas s’immiscer dans la rémunération des patrons. Lors d’une audition au Sénat, ce dernier estime toutefois que le conseil d’administration devrait suivre les décisions de l’assemblée des actionnaires, ce que n’a pas fait Renault. Mais pas question d’une loi : « Les sièges quitteront la France si des lois de cette nature sont prises ».

Et ce n’est pas une menace, souligne-t-il. « c'est juste ce qui va se passer, et je ne souhaite pas que le siège de Total quitte la France ». Il pointe le risque de déclassement du pays si une législation était décidée. « Ce n'est pas la peine d'aller légiférer sur des sujets qui feront que le pays, une fois de plus, se mettrait en marge du mouvement mondial ». Les grands patrons sont une denrée rare que s’arrachent les entreprises, à prix d’or. Et si la France venait à encadrer les rémunérations, le pays y perdrait, assure-t-il en substance.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

















Rss
Twitter
Facebook