Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Renault : l'usine de Sandouville va rouvrir vendredi 22 mai





Le 20 Mai 2020, par Olivier Sancerre

L'usine Renault de Sandouville va finalement rouvrir ses portes, deux semaines après une décision de justice ayant contraint le site à fermer. Plus de 1.800 salariés en dépendent.


Incompréhension chez les syndicats

L'usine du constructeur automobile située à Sandouville, en Seine-Maritime, avait repris l'activité le 28 avril, après plusieurs semaines de fermeture dues à l'épidémie de coronavirus. Mais cette reprise n'a pas duré longtemps : quelques jours plus tard, la justice contraignait Renault à suspendre de nouveau ses activités. La CGT avait saisi le tribunal du Havre en référé, et a obtenu gain de cause : le site ne permet pas d'assurer la sécurité des travailleurs, selon le jugement. Au grand dam de l'entreprise, qui cherche à relancer la production, mais aussi des autres syndicats. Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, avait condamné cette action de la CGT, estimant que le dialogue social avait été « assez exemplaire » pour une reprise en toute sécurité.

Sur France Inter, le dirigeant de la CFDT avait eu des mots durs contre la CGT : « La posture de la CGT est irresponsable et infondée. Cette fermeture obligée par le recours de la CGT est très grave ». Force ouvrière a de son côté dénoncé une « prise d'otages » par la CGT. L'usine de Sandouville fait travailler 1.848 employés en CDI ainsi que 700 intérimaires. Suite à un accord avec les organisations syndicales, le site va rouvrir ce vendredi 22 mai.

Fermeture de plusieurs usines

La réouverture a été annoncée par FO et la CFE-CGC lors d'un comité social et économique qui s'est tenu sur place mercredi 20 mai. Une reprise qui intervient alors que le sort de plusieurs usines de Renault est dans la balance. Le constructeur devrait en effet annoncer à la fin du mois la fermeture de quatre sites, ceux de Flins, Choisy-le-Roi, Dieppe et les Fonderies de Bretagne. Pour Flins, qui est le « gros morceau » selon Le Canard enchaîné, on parle d'un arrêt de la production automobile pour une autre activité. En tout, plus de 3.600 emplois sont concernés.

Au-delà de la fermeture d'usines, les économies que Renault entend générer avec ce nouveau plan de restructuration sont de 2 milliards d'euros. C'est beaucoup d'argent, mais c'est aussi une nécessité alors que le groupe a enregistré des pertes l'an dernier, une première en dix ans. Renault va bénéficier d'un prêt de 5 milliards d'euros pour tenir le choc pendant la crise économique qui suit l'épidémie de coronavirus.



Tags : Renault

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Schoolab Entreprise à Mission ou comment concilier Business et enjeux sociétaux

Violence policière est fait divers

Marie Legrand, directrice générale d'Audio 2000 : "Audio 2000 s'est construit autour des valeurs de professionnalisme, d'innovation et d'accessibilité "

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute













Rss
Twitter
Facebook