Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Renault précise les suppressions d'emplois en France





Le 16 Juin 2020, par Olivier Sancerre

Après la présentation en mai de son plan d'économies, Renault a donné mardi 16 juin des précisions concernant les suppressions de postes prévues en France. La production mais aussi l'ingénierie vont en pâtir.


2.100 postes dans la production

Pas de licenciements secs, mais des mesures de reconversion, de mobilité interne et des départs volontaires dans les prochains mois chez Renault. Le constructeur automobile avait fait part de sa volonté de réduire la voilure au mois de mai, annonçant un plan d'économies de deux milliards d'euros à réaliser sur trois ans. 15.000 postes dans le monde vont être supprimés, sur un total de 180.000 salariés. Avec 4.600 suppressions d'emplois en France, soit un peu moins d'un tiers des postes prévus, l'Hexagone paie le plus lourd tribut. Durant un comité central social et économique (CCSE) qui se déroulait à Boulogne-Billancourt, l'entreprise a précisé la répartition des emplois à supprimer.

Ce sont les activités de production qui vont le plus souffrir, avec 2.100 emplois en moins. Viennent ensuite l'ingénierie avec 1.500 postes, puis les fonctions support (1.000 postes). En France, Renault emploie 48.000 salariés en tout, dont 17.300 à la production, 8.900 dans l'ingénierie et 6.600 dans les fonctions support. Les filiales dans le réseau commercial et bancaire (RCI Bank) occupent le reste des postes au sein du groupe automobile.

L'ingénierie en première ligne

Les départs prévus dans l'ingénierie ont de quoi préoccuper : c'est au sein de l'activité de recherche et développement que les futurs véhicules, et donc les futurs emplois, se conçoivent. Renault explique sa volonté de concentrer les technologies stratégiques à forte valeur ajoutée dans les sites d'ingénierie basés en Ile-de-France. Le constructeur souhaite également optimiser l'utilisation des centres de R&D à l'étranger et au sein de la filière des sous-traitants. Sur les deux milliards d'euros d'économies à réaliser, 800 millions doivent l'être au sein de l'ingénierie.

La nouvelle stratégie mise en place au sein de l'Alliance, avec Nissan et Mitsubishi, vise aussi à réaliser des économies, les trois constructeurs partageant davantage leur R&D et leurs capacités de production. Renault, très affaibli par la crise du coronavirus, a reçu une aide substantielle de l'État (5 milliards d'euros), comme l'ensemble de la filière automobile.



Tags : renault

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook