Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Restructuration à venir pour le groupe PSA en Chine





Le 10 Août 2019, par La rédaction

Les grandes manœuvres pour le groupe PSA en Chine. Le constructeur automobile, qui ne parvient pas à se redresser dans le pays, a décidé d'y supprimer la moitié de ses effectifs.


Depuis cinq ans, le groupe PSA essuie des pertes importantes en Chine. La direction du constructeur d'automobile a donc décidé d'agir, et la potion est amère. Deux sites d'assemblage sur les quatre opérées par le constructeur automobile en Chine devraient ainsi fermer. PSA et son partenaire chinois Dongfeng pourraient ainsi supprimer plusieurs milliers de postes, notamment 4 000 au sein la coentreprise Dongfeng Peugeot Citroën Automobiles : une ligne de production va fermer, une autre sera vendue. Les informations de Reuters n'ont pas été confirmées par le groupe, un porte-parole ayant simplement indiqué que PSA travaillait de concert avec tous ses partenaires pour améliorer les performances d'ensemble des activités de l'entreprise en Chine.

Cette restructuration de grande ampleur aurait été décidée par Carlos Tavares, le président du directoire de PSA, et Zhu Yanfeng, président de Dongfeng. Et si le projet de relance était insuffisant, le patron du constructeur français pourrait tout simplement cesser le partenariat avec Dongfeng (le groupe chinois possède 12,2% du capital de PSA). Le constructeur français envisagerait même de quitter purement et simplement le marché chinois en raison des contre-performances essuyées ces dernières années.

Le marché chinois s'est révélé très difficile pour le groupe PSA. En 2018, il n'y a vendu qu'un peu plus de 250 000 unités, alors qu'il avait atteint des ventes de 731 000 voitures quatre ans plus tôt. Et elles ne se sont pas redressées : au premier semestre, ces ventes ont plongé de 62,1%. L'an dernier, le constructeur a essuyé une perte de 300 millions d'euros sur un marché en recul de 12,4%.



Tags : PSA

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook