Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Retards de paiement : 17,2 millions d’euros d’amendes en 2018





Le 24 Février 2019, par

Les entreprises qui paient les factures de leurs fournisseurs sont prévenues : le dispositif de sanction mis en place par Bercy fonctionne.


En 2018, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a pris 263 décisions de sanction contre des entreprises payant leurs fournisseurs en retard. Cela représente des amendes à hauteur de 17,2 millions d’euros. L’année précédente, le nombre de décisions prises par la DGCCRF avait été de 155, pour un total de 8,6 millions d’euros d’amendes. Le dispositif de sanction a « poursuivi sa montée en puissance en 2018 », se réjouit le ministère de l’Économie et des Finances dans un communiqué.

 

Bercy entend continuer la lutte contre les retards de paiement des fournisseurs et des sous-traitants, qui constitue un « enjeu majeur » pour le fonctionnement de l’économie française et pour la compétitivité des entreprises. Ces retards de paiement sont susceptibles de « provoquer des défaillances au niveau de la trésorerie », ce qui se répercute ensuite sur la capacité des entreprises touchées à poursuivre leur activité. « C’est pour cela que [les mauvais payeurs] doivent être sanctionnés », explique le ministère.

 

Le retards de paiement se résorbent petit à petit, retient Bercy. Début 2016, la moyenne des retards était de 12,6 jours ; au second trimestre 2018, il était de 10,7 jours. La loi Pacte, actuellement discutée au Parlement, va augmenter les montants d’avance de l’État de 5 à 20%, ce qui bénéficiera aux petites et moyennes entreprises. Parmi les plus gros mauvais payeurs repérés au second semestre 2018 : Amazon France Logistique, Fraikin France, ou encore Huawei ont été sanctionnés de 375 000 euros d’amende.



Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook