Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Ryanair : vers une année 2018 compliquée





Le 23 Juillet 2018, par

Malgré les menaces que font peser les mouvements sociaux au sein de l’entreprise et la hausse du prix du pétrole, Ryanair devrait passer ce trou d’air sans trop d’encombre.


À l’occasion de la présentation des résultats de son premier trimestre — avril, mai et juin — pour l’année fiscale 2018, la compagnie aérienne low cost a annoncé un bénéfice net de 309,2 millions d’euros. Mais ce qui intéressait les analystes et les observateurs, c’était les prévisions de Ryanair pour l’année fiscale qui a donc débuté en avril, et qui s’achèvera à la fin du mois de mars 2019... Au moment même où le Royaume-Uni sortira de l’Union européenne. L’entreprise prévoit un bénéfice annuel compris entre 1,25 et 1,35 milliard d’euros, un chiffre en baisse en raison de plusieurs facteurs.

Le premier, c’est la hausse des prix du pétrole. La facture de kérosène a augmenté de 118 millions d’euros durant le deuxième trimestre calendaire, et sur l’ensemble de l’année fiscale, le renchérissement devrait être de 430 millions d’euros. Néanmoins, à quelque chose malheur est bon puisque Ryanair y voit une opportunité d’acquisition : la compagnie estime en effet que la hausse du prix du pétrole va mettre des concurrents en difficulté. Ryanair pourrait donc sortir le carnet de chèques pour s’offrir une croissance externe. 

L’entreprise fait également face à un relèvement des salaires de ses pilotes, une crise sociale qui s’était doublée par des problèmes de planning ayant entraîné des milliers d’annulations de vols. Ryanair n’en a pas terminé avec les conflits sociaux, puisque des arrêts de travail sont programmés dans plusieurs pays dès cette semaine. Malgré tout, le groupe a engrangé 7% de voyageurs en plus sur le dernier trimestre, pour un total de 37,6 millions de voyageurs attirés par la baisse des prix des billets en raison d’une forte concurrence.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Ryanair

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook