Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Simplification administrative : les départements sont-ils solubles dans les régions ?





Le 16 Janvier 2014, par

Le mille-feuille composé par les différentes couches administratives françaises est un frein à la croissance du pays. François Hollande, lors de sa conférence de presse, a indiqué qu'une des pistes pour financer la fin des allocations familiales pour les entreprises sera la simplification des zones administratives qui décomposent l'Hexagone.


Les régions métropolitaines sont notamment visées : elle passerait de 22 à une quinzaine, au gré des fusions de certains conseils régionaux. Les deux Normandie pourraient ainsi se rapprocher, tout comme la Bourgogne et la France-Comté, Rhône-Alpes et l'Auvergne… Thierry Mandon, co-dirigeant du conseil de la simplification, prévoit aussi qu'une fusion entre département et métropole forte peut être envisagée - dans ce schéma, la disparition des Hauts-de-Seine, du Val-de-Marne et de la Seine-Saint-Denis n'est pas impossible.
 
Ce redécoupage territorial, un sujet politiquement très sensible sur le terrain, commence en revanche à faire son chemin au gouvernement, mais aussi chez les dirigeants de l'opposition. Jean-François Copé, dans une interview pour Le Parisien Magazine, estime ainsi qu'une économie de l'ordre de 10 milliards d'euros est possible en fusionnant les régions avec les départements.
 
L'idée est de « diminuer le nombre d'élus et de fonctionnaires territoriaux ». Les dépenses de fonctionnement des collectivités ont ainsi augmenté de 3% par an an, en plus de l'inflation, depuis 1983; quant aux effectifs, ils ont grimpé de 20% en dix ans pour la fonction publique territoriale, et de 115% pour les régions.
 
Des hausses « intenables », d'après le président de l'UMP, qui propose donc de supprimer les conseils généraux, tout en préservant l'identité territoriale du département (il y a en a 110 en tout). Il souhaite que le prochain président de la République soumette cette idée aux Français via un référendum qui se tiendrait dans les 6 premiers mois de son quinquennat.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement
















Rss
Twitter
Facebook