Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Sondage Eurobaromètre 2013 : un résultat mitigé





Le 21 Octobre 2013

Le Parlement Européen a publié les résultats d’un sondage le plaçant en tête des solutions des européens en ce qui concerne une règlementation de la finance. Un résultat particulièrement intéressant à l’heure d’un euroscepticisme décomplexé.


Une Union protectrice ?

Sondage Eurobaromètre 2013 : un résultat mitigé

D’après les résultats publiés, plus de la moitié des citoyens européens pensent que l’UE est un acteur mieux placé que les gouvernements nationaux pour réglementer l’activité des acteurs financiers, et notamment des banques. C’est du moins ce qu’affirme le Parlement Européen dans un communiqué publiant les résultats du dernier sondage Eurobaromètre. Ainsi, 54% des participants sont convaincus que la surveillance au niveau de l’Union serait la plus efficace. Il en va de même pour le soutien accordé aux institutions financières en difficulté : 57% des sondés affirment ainsi que l’action serait plus efficace. Au niveau des dépôts bancaires, là encore, il semble que l’Union ait la préférence des interrogés, puisque ceux-ci jugent à 47% que les mesures au niveau européen seraient plus efficaces que de strictes initiatives nationales, qui trouvent tout de même grâce aux yeux de 45% des sondés. On l’a saisi, le Parlement peut faire mine de se réjouir de ce sondage : l’inversion des courbes n’est pas très loin, et le plébiscite de la politique européenne semble relativement modeste. On n’est pas loin des tendances inverses lorsque les autres paramètres sont questionnés.


L’UE pour résoudre la crise ?

Pour 50% des personnes interrogées, les citoyens de l’Union seraient mieux protégés si les Etats coordonnaient réellement leurs efforts avec les autres membres. Ce qui constitue une diminution de 3 points par rapport au même sondage l’année dernière, tandis que l’opinion inverse, qui estime que les citoyens seraient mieux protégés par des initiatives individuelles, à l’échelle nationale, progresse de 4 points par rapport à 2012, constituant donc désormais 40% des sondés. A propos de leur avenir, les citoyens sont parfaitement partagés : d’ici à 2025, 49% des interrogés estiment que l’UE sera l’acteur le mieux à même de les protégés de la mondialisation, alors que 49% estiment que les Etats seront mieux placés. Ces chiffres témoignent d’un net désintérêt des européens pour l’avenir de l’UE. La proportion des mécontents, au regard de l’année dernière notamment, semble augmenter avec les effets du ralentissement de l’économie dans la région. 51% des sondés estiment que l’euro « n’a pas atténué les effets négatifs de la crise ».





Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises













Rss
Twitter
Facebook