Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Sony pourrait revendre ses ordinateurs VAIO





Le 5 Février 2014, par

Les PC traditionnels n'ont plus le vent en poupe depuis l'avènement des tablettes numériques. Sony, comme d'autres, en fait les frais et compte revendre sa filiale VAIO.


Le constructeur japonais, 9ème mondial avec une part de marché de 1,9%, n'a écoulé que 5,8 millions de PC l'an dernier, après un pic à 9 millions tous les ans. Cette activité se révèle déficitaire, ce qui n'est pas une très bonne nouvelle pour une entreprise encore convalescente : si les consoles de jeu et les smartphones connaissent le succès, c'est loin d'être le cas pour les téléviseurs ou la branche cinéma. En pleine restructuration depuis quelques mois, la société cherche à faire des économies tous azimuts.
 
Pourquoi dès lors ne pas céder l'activité VAIO ? Sony aurait l'intention de céder cette marque à un fonds d'investissement japonais, Japan Industrial Partners, avec lequel le constructeur créerait une coentreprise - Sony conserverait donc une petite part, suivant la valeur de la cessation de marque, estimée entre 295 et 370 millions d'euros. Charge à cette coentreprise de vendre et distribuer les VAIO sur le territoire du Japon. 
 
En dehors de l'archipel, les VAIO pourraient tout simplement disparaitre, à moins que Sony ne cède l'entité à un tiers. La rumeur annonce l'intérêt du chinois Lenovo, qui renforcerait ainsi sa présence sur le marché du PC. Lenovo détient déjà la marque ThinkPad, rachetée à IBM et que l'entreprise a su faire fructifier au fil des ans. Sony pourrait là aussi créer une coentreprise.
 
Ces rumeurs interviennent à la veille de l'annonce des résultats trimestriels de Sony, durant lesquels le constructeur pourrait annoncer un bénéfice net sur l'année de 220 millions d'euros environ. Sony est sous le feu des agences de notation : Moody's a dégradé la note de l'entreprise à « spéculative » pour cause de rentabilité peu assurée.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook