Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

TGV Tours-Bordeaux : des concessions difficiles





Le 9 Juin 2015, par

Les beaux rêves de certaines collectivités locales situées sur le le parcours du futur TGV Tours-Bordeaux vont en être pour leurs frais. La SNCF ne compte pas en effet assurer à toutes les promesses faites par l’État.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
En 2009, les autorités de l’époque signaient en effet l’engagement auprès de plusieurs villes d’un certain nombre de dessertes du futur TGV Aquitaine dans leurs gares. En échange de quoi, ces collectivités devaient mettre au pot afin de boucler le financement du projet. Las, la SNCF, qui n’a pas participé à ces négociations, a fait savoir qu’elle n’aurait pas les moyens d’assumer toutes les promesses des autorités.

Pour faire passer la pilule, la SNCF a demandé à Jean Auroux, ancien ministre du Travail de François Mitterrand, de plancher sur des solutions qui satisfassent a minima les différents intervenants du dossier. La ligne TGV Tours-Bordeaux devant être inaugurée en 2017, il était grand temps de faire des propositions.

Et celles-ci ne feront pas plaisir à tous. Le « facilitateur » préconise en effet moins de dessertes de TGV dans certaines gares — notamment à Poitiers et Angoulême — en échange d’une plus grande contribution des TER et trains Intercités. Dur à avaler, surtout quand on a couché sur papier des conventions chiffrant précisément le nombre de dessertes…


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : sncf

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook