Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

TNT express continue d'enregistrer des pertes





Le 29 Octobre 2013, par

Le groupe néerlandais continue de voir ses résultats baisser et ce pour le troisième trimestre consécutif. De quoi inquiéter les actionnaires mais pas les analystes qui estiment que la tendance pourrait rapidement s'inverser.


cc/flickr/kenjonbro
cc/flickr/kenjonbro

Le groupe TNT Express spécialisé dans l'acheminement rapide de colis et lettres partout dans le monde reste le quatrième acteur du secteur mais ses résultats sont en chute libre depuis trois trimestres déjà et le groupe ne pense pas que la situation pourrait s'améliorer pour le quatrième trimestre 2013.
 

A cause de de conditions qui « demeurent difficiles partout » et à une « visibilité réduite », le groupe reste très clair concernant sont futur très proche : ses activités européennes, américaines et des régions du Pacifique continueront de baisser cette année. Mais cette clairvoyance n'a pas empêché l'action du groupe de s'envoler à la Bourse d'Amsterdam gagnant 4,09% lundi 29 octobre 2013.
 

TNT Express a déjà entamé une réorganisation de ses effectifs avec une suppression de 4 000 emplois dans les trois années à venir dont 623 postes en France. Une réorganisation qui permettra au groupe de gagner 220 millions d'euros d'économies par an et palier l'absence de réussite de ses autres plans de secours comme la vente de la filiale brésilienne et la vente des Boeing 747 de fret.
 

En attendant, TNT semble doucement remonter la pente malgré les propos tenus par l'entreprise. En Europe et aux Etats-Unis les revenus ont légèrement augmenté entre le deuxième et le troisième trimestre 2013 même si, globalement, le groupe a perdu 25% de son bénéfice net qui s'est établi à 6 millions d'euros, 85% de son résultat opérationnel (9 millions d'euros) et 6,6% de ses revenus (1,6 milliards d'euros).
 

Depuis le début de l'année, le groupe TNT Express a enregistré une perte nette de 153 millions d'euros et une perte opérationnelle de 40 millions d'euros. Le chiffre d'affaires globale du groupe est lui aussi en baisse de 4,7% s'établissant à 5 milliards d'euros.



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook