Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Taxe sur les milliardaires : le consensus prend forme





Le 26 Juin 2024, par Paolo Garoscio

La taxation des grandes fortunes, et en particulier des milliardaires, est un sujet de discussion de plus en plus pressant sur la scène économique mondiale. Avec l'augmentation des inégalités économiques, plusieurs pays proposent de mettre en place une taxe mondiale sur les milliardaires. Mais que rapporterait-elle vraiment ?


Le rapport de Gabriel Zucman met en avant la taxe au G20

Un rapport commandé par le G20, publié le 25 juin 2024, et rédigé par l'économiste Gabriel Zucman propose la mise en place d'une taxe mondiale de 2% sur la fortune des milliardaires. Ce rapport souligne que les systèmes fiscaux actuels favorisent les très riches, qui parviennent souvent à échapper à une taxation équitable grâce à divers mécanismes d'optimisation et d'évasion fiscales. En 1987, les 0,0001% des ménages les plus riches possédaient environ 3% du PIB mondial, un chiffre qui est passé à près de 14% aujourd'hui. En moyenne, selon plusieurs économistes dont Zucman, les milliardaires ne paieraient que 0,3% d’impôt sur leur fortune en moyenne, un niveau bien inférieur à la moyenne mondiale des travailleurs.

La proposition de Gabriel Zucman prévoit une taxe de 2% sur les fortunes des 3 000 milliardaires recensés dans le monde. Cette taxe pourrait rapporter entre 200 et 250 milliards de dollars par an. Si l'on étend cette taxe aux personnes ayant une fortune comprise entre 100 millions et 1 milliard de dollars, les revenus annuels pourraient augmenter de 100 à 140 milliards de dollars supplémentaires. Le niveau de taxation reste faible : selon l’ONG Oxfam, pour qu’une taxe de ce type puisse faire baisser la fortune des milliardaires, elle devrait être au moins de 8%, soit quatre fois plus.

Une taxe qui a déjà un soutient international

La proposition de taxe mondiale sur les milliardaires est soutenue par plusieurs pays, dont le Brésil, la France, l'Espagne et l'Afrique du Sud. Ces pays voient dans cette taxe un moyen de réduire les inégalités et de financer des initiatives mondiales stratégiques pour la planète et les populations. Cependant, cette proposition rencontre également des résistances, notamment de la part des États-Unis, qui restent réticents à une redistribution internationale des revenus fiscaux.

Les fortunes des milliardaires sont principalement constituées d'actions de sociétés cotées et non cotées. Selon Gabriel Zucman, environ 50 % de leur patrimoine est facilement identifiable via les marchés boursiers, tandis que l'autre moitié, composée d'actifs moins liquides comme les entreprises privées, les biens immobiliers et les œuvres d'art, est plus difficile à évaluer.


 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook