Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Thierry Bollory débarqué de la tête de Renault





Le 12 Octobre 2019, par Olivier Sancerre

La rumeur disait donc vraie : Renault a débarqué son directeur général, Thierry Bolloré. Une manière de solder une fois pour toutes l'héritage de Carlos Ghosn.


Problèmes de performance

Renault avait convoqué son conseil d'administration pour le vendredi 11 octobre, après plusieurs jours de rumeurs qui annonçaient un changement important à la tête du constructeur automobile. Les administrateurs se sont effectivement prononcés en faveur de l'éviction du directeur général, Thierry Bolloré. Il a été remplacé immédiatement par Clothilde Delbos, « pour une période intérimaire ».

Dans le communiqué du groupe, l'entreprise explique : « Lors de cette réunion, le Conseil d’administration a décidé de mettre un terme aux mandats de directeur général de Renault SA et de président de Renault SAS de M. Thierry Bolloré avec effet immédiat ». Selon l'AFP, il a été reproché à l'ex directeur général des « problèmes de management et de performance ». Ce départ intervient alors que Nissan, partenaire de Renault au sein de l'Alliance, a également fait le ménage dans sa direction.

Un « coup de force », selon Thierry Bolloré

Dans une interview aux Échos ce jeudi, à la veille du conseil d'administration, Thierry Bolloré dénonçait un « coup de force inquiétant » et pointait un « risque de déstabilisation ». Son départ signe la fin complète de l'ère Carlos Ghosn, ce dernier ayant démissionné de la présidence de Renault et de Nissan en fin d'année dernière suite à son arrestation au Japon.

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a pris acte de la décision du conseil d'administration. Il souhaite surtout que ce départ initie une « nouvelle étape » dans les relations entre Renault et Nissan. « Nous, ce que nous souhaitons, c'est que l'alliance entre dans une nouvelle étape avec une stratégie industrielle qui soit claire pour faire face à deux défis considérables: les véhicules autonomes et les véhicules électriques », a-t-il dit avant de renouveler sa confiance à Jean-Dominique Senard, le président de Renault.



Tags : renault

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum












Rss
Twitter
Facebook