Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Thierry Peugeot viré du Conseil de Surveillance de PSA





Le 4 Juillet 2014, par

La nouvelle stratégie de PSA Peugeot-Citroën ne semble pas faire l’unanimité dans la famille Peugeot. Thierry Peugeot, représentant de la famille Peugeot au Conseil de Surveillance du groupe, a été débarqué de son poste le jeudi 3 juillet 2014. En cause : son opposition à l’alliance entre PSA et le chinois Dongfeng qui est monté au capital du constructeur français et avec lequel le groupe veut se lancer sur le marché croissant du géant asiatique.


cc/flickr/ David Villarreal Fernández
cc/flickr/ David Villarreal Fernández
Thierry Peugeot, 58 ans, avait été président du Conseil de surveillance du groupe et était actuellement au poste de vice-président de ce même Conseil de surveillance. Mais l’industriel n’a jamais apprécié la stratégie de PSA de s’allier avec le chinois Dongfeng. Son opposition aura finalement eu raison de lui.

Une source proche, citée par Reuters, aurait déclaré que ce changement « c’est la conséquence des prises de position de Thierry Peugeot contre la stratégie adoptée, alors qu’elle a été validée par l’ensemble des actionnaires ».

 
Thierry Peugeot avait notamment émis des regrets concernant la participation de la famille Peugeot dans le groupe. Alors que cette dernière était le « premier actionnaire depuis deux cents ans », elle ne détient désormais plus que 14% du capital, soit le même pourcentage que Dongfeng et l’Etat.
 
La famille Peugeot reste toujours représentée au Conseil de Surveillance du groupe. Le poste de vice-président a été confié à la sœur de Thierry Peugeot, Marie-Hélène Roncoroni, peut-on apprendre sur le communiqué de presse de PSA annonçant ce changement.
 
De même, Jean-Philippe Peugeot devrait être replacé à son poste de censeur par Frédéric Banzet.
 


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook