Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Travail de nuit : les salariés de Sephora votent pour





Le 7 Octobre 2015, par

« Êtes-vous favorable à l'ouverture de votre magasin après 21 heures dans les conditions de l'accord de soirée signé le 16 septembre et affiché dans le magasin ? » La question, posée aux salariés du magasin Sephora des Champs-Élysées, a tourné au plébiscite.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
La boutique, située dans une zone touristique internationale, fait l'objet d'un accord sur le « travail de soirée » que les salariés devaient ratifier par un référendum. Il consiste en une majoration de 100% des heures travaillées entre 21h et minuit, de frais de taxis payés après 23h, et d'une aide pour les frais de garde de 12 euros de l'heure. Le tout, évidemment, sur la base du volontariat.

L'accord avait été signé le 16 septembre par trois syndicats (CFDT, CFTC et CFE-CGC), mais pas par le Clic-P, un regroupement de syndicats du commerce parisien (on y trouve la CGT, le Seci-Unsa, SUD ainsi que des militants CFDT). Mais les représentants du personnel qui se sont engagés dans cet accord avaient posé une condition : qu'un référendum soit organisé dans tous les magasins de l'enseigne situés dans ces fameuses zones touristiques internationales.

Le résultat de la consultation est sans appel. Les salariés, qui pouvaient voter entre les 3 et le 7 octobre, ont appuyé l'accord à une écrasante majorité : sur les 146 employés en CDI depuis au moins trois mois (124 ont voté), 114 ont glissé un bulletin « pour », 4 seulement un « contre », 6 blanc. Un résultat de 96% donc qui légitimise l'accord.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook