Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Twitter, les pertes confirmées, poursuit son introduction en Bourse





Le 16 Octobre 2013, par

Le réseau de micro-blogging continue la procédure de capitalisation boursière qui devrait lui permettre de lever une somme estimée à un maximum de 1 milliards de dollars. Pour ce faire, la société a de nouveau publié ses comptes dans lesquels on découvre, comme prévu, une société en pleine croissance mais avec de nombreuses pertes.


Twitter, les pertes confirmées, poursuit son introduction en Bourse

Twitter avait prévenu que son modèle économique est risqué. Basé à 80% sur la publicité issu de l'utilisation de son site, l'utilisation du site influence directement les revenus. Et cette utilisation est directement liée au nombre et à la qualité des messages postés sur Twitter. Un modèle économique instable, donc, qui pourrait coûter cher à Twitter.
 

Mais pour l'instant, selon le document publié sur le site du gendarme boursier américain, la SEC, Twitter est en pleine croissance. Le nombre d'utilisateurs actifs a augmenté de 13 millions par rapport aux derniers chiffres de juin 2013, passant de 218 millions à 231,4 millions. Automatiquement, le chiffre d'affaires de la société augmente aussi.
 

Sur les premiers neuf mois de 2013, Twitter affiche un chiffre d'affaire de 422 millions de dollars. Un chiffre d'affaire qui a quasiment doublé par rapport à 2012. Une croissance forte, donc, mais qui est entachée par de nombreuses pertes.
 

Dans ce même document Twitter ne peut que confirmer les pertes de la société. Des pertes qui augmentent fortement passant de 80 millions de dollars sur l'exercice 2012 à près de 134 millions de dollars pour les neuf premiers mois de 2013. L'introduction en Bourse de la société est donc primordiale et extrêmement stratégique.
 

Pour améliorer les chances de réussir une entrée en bourse fracassante, que les spécialistes ne prévoient pas pour avant la mi-novembre 2013, et s'approcher le plus possible du milliard d'euros de capitalisation maximale prévu, Twitter a décidé de s'indexer sur l'indice du New York Stock Exchange, boycottant le plus traditionnel Nasdaq pour les entreprises liées à la technologie.
 

Une décision tout à fait logique, le NYSE enregistrant de bons résultats pour les entreprises de ce secteur depuis quelques mois.



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook