Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Uber enregistre plus de 5 milliards de dollars de pertes





Le 9 Août 2019, par François Lapierre

Le leader mondial du VTC est dans une mauvaise passe. Uber a publié ses résultats pour le second trimestre, et ils ne sont pas au niveau des attentes des investisseurs et des analystes.


Uber est encore très loin de la rentabilité. Durant le second trimestre, le groupe a essuyé une perte de 5,24 milliards de dollars, soit 4,72 $ par action… alors que le consensus de Wall Street s'établissait à 3,12 $. Autre déception de la période : le chiffre d'affaires. Alors que les observateurs pariaient sur des revenus à hauteur de 3,36 milliards, l'entreprise a fait rentrer 3,17 milliards de dollars, soit 14% de mieux qu'au second trimestre 2018. Uber a enregistré un total de 15,7 milliards de dollars de réservations de VTC, dont une bonne partie est reversée aux chauffeurs. Un chiffre en progression de 31% par rapport au même trimestre de l'an dernier. Les courses ont augmenté de 35% d'une année sur l'autre, à 1,67 million.

Dara Khosrowshahi, le PDG d'Uber, a expliqué que 2019 est l'année durant laquelle l'entreprise connaitra un « pic d'investissement », ce qui explique les pertes monumentales du printemps. Le patron du groupe prévient aussi les investisseurs qu'il y en aura encore en 2020 et en 2021… mais que les pertes vont se réduire au fil des années. Il se fait confiant : « Je n'ai aucun doute que l'activité va s'équilibrer et devenir rentable ».

Il faudra toutefois attendre avant de récolter les fruits de ces investissements. L'activité Uber Eats de livraison de repas inquiète tout particulièrement : les revenus générés par les réservations de courses sont bien moindres que les attentes des analystes (3,39 milliards, contre 3,51 milliards attendus). Dara Khosrowshahi ne s'attend pas à ce que ce business devienne profitable cette année, ni en 2020, et sans doute pas non plus en 2021.



Tags : Uber

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook