Uber traquait les chauffeurs de son concurrent Lyft




Le 13 Avril 2017, par Olivier Sancerre

Les ennuis se poursuivent pour Uber, le géant américain du VTC. Dernier problème en date, des soupçons de pratiques anticoncurrentielles qui pourraient coûter très cher à l’entreprise.


Uber traquait les chauffeurs de son concurrent Lyft
Selon le site The Information, Uber aurait utilisé, entre 2014 et 2016, un logiciel « secret » de suivi de localisation des conducteurs de Lyft, un de ses concurrents les plus actifs aux États-Unis. Baptisé « Hell » (« Enfer »), ce logiciel générait de faux comptes de passagers permettant de localiser les véhicules Lyft à proximité. Ainsi équipé, Uber avait les moyens de savoir, en toute discrétion, où les chauffeurs de son concurrent étaient situés…

L’objectif de Hell était de repérer les chauffeurs Uber potentiellement intéressés pour passer chez Lyft (les conducteurs VTC pouvant travailler pour les deux entreprises). Avec ces informations de localisation, Uber était en mesure de les retenir. Sachant que le nombre de chauffeurs est le nerf de la guerre pour servir au mieux la clientèle, on comprend pourquoi Hell était stratégique.

Ce n’est pas la première fois qu’Uber est pris à utiliser des logiciels « espions » pour mieux asseoir sa domination sur le marché. En mars, on apprenait en effet l’existence de l’application Greyball, cette fois pour éviter aux chauffeurs de tomber sur les autorités où le service VTC est disponible. Cette nouvelle affaire s’ajoute aux dossiers judiciaires en cours : en février, Uber était accusé d’harcèlement sexuel et de sexisme. Puis, c’est Waymo, une filiale de Google spécialisée dans l’automobile autonome, qui portait plainte contre l’entreprise pour vol de technologies.



Tags : uber