Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Un EDF « Bleu » pour le nucléaire, un EDF « Vert » pour tout le reste





Le 23 Juin 2019, par Olivier Sancerre

D’un côté, « EDF Bleu » pour l’activité nucléaire, de l’autre « EDF Vert » pour… tout le reste. C’est la réorganisation proposée par le plan « Hercule » d’EDF.


Jean-Bernard Lévy a présenté ce projet de réorganisation aux syndicats cette semaine. Cette réforme en profondeur, voulue par l’État premier actionnaire d’EDF (à 83,7%), vise à séparer les activités liées au nucléaire, à l’hydroélectricité et au transport de l’électricité au sein de « EDF Bleu ». La commercialisation à proprement parler, la distribution et les énergies renouvelables (en dehors des barrages hydrauliques) seront regroupées au sein de « EDF Vert ». D’un côté, « Bleu » resterait sous la coupe de l’État ; de l’autre, « Vert », pourra accueillir des investisseurs venus du privé.

 

Cette réorganisation ne séduit guère les syndicats, qui estiment qu’ils s’agit d’une manière de démanteler EDF et de toucher au statut des salariés de l’entreprise. Au-delà, ils craignent que cette réforme nationalise les pertes et privatise les profits : la dette d’EDF pèse lourd sur les comptes, avec 37 milliards d’euros. Regrouper les activités nucléaires obéit à un impératif de sécurité nationale, mais c’est aussi un moyen de continuer à financer des opérations qui coûtent très cher. Les retards de l’EPR de Flamanville se succèdent, tout comme la mise en route du réacteur de nouvelle génération.

 

Un groupe de travail permanent va être mis en place entre la direction et l’État dans le but de préparer ce projet à une présentation devant la Commission européenne, d’ici la fin de l’année. Ce plan « Hercule » vise en effet à répondre aux exigences européennes en matière de concurrence sur le marché de l’énergie.




Tags : EDF


1.Posté par Annick Goblet le 09/07/2019 07:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce genre de procédé est bien connu, on divise une société pour mieux se débarrasser d'une "branche" malade qui pourra être mise en faillite sans impacter la totalité de la société. Le nucléaire touche à sa fin et les frais immenses de démantelage seront ainsi bel et bien à notre charge. Sans compter tous les problèmes liés aux déchets dont personne ne sait que faire.... Il est beau le nucléaire !!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum












Rss
Twitter
Facebook