Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Un bilan négatif pour le tourisme en France en juillet





Le 1 Août 2018, par Paul Malo

Le premier bilan de cette saison touristique estivale est négatif : à l’Hexagone, les Français ont préféré des destinations étrangères.


Un bilan négatif pour le tourisme en France en juillet

Après les grèves et la Coupe du Monde, l’envie d’ailleurs est passée par là pour les Français. En juillet, ils sont essentiellement partis à l’étranger. Si l’on compte 300 000 partants de plus que l’an passé à la même période, 700 000 ont décidé de partir à l’étranger cette année. Bon nombre ont choisi l’Espagne et les îles Méditerranéenne. Autres destinations gagnantes de ce mois de juillet, notamment grâce à la multiplication. Des vols low cost depuis les grandes villes de France : le Maghreb, en hausse de 25%, à commencer par la Tunisie.

Un effet Coupe du Monde

Mais il faut aussi voir dans ce résultat négatif de juillet un effet Coupe du monde certain. Au-delà du fait que le mois d’août représente 58% de la fréquentation touristique estivale, ce sont pas moins de deux millions de vacanciers qui ont attendu que la Finale soit passée pour se soucier de leurs vacances et de leurs réservations...



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook