Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Un quart des Français victimes d'un incident de paiement





Le 1 Août 2018, par Olivier Sancerre

Les incidents de paiement sont un cauchemar pour les Français… et une véritable vache à lait pour les banques, qui facturent des frais pour chacun de ces incidents. Un rapport remis au ministre de l'Économie propose de remettre les choses à plat.


D'après l'association 60 Millions de Consommateurs, les frais appliqués par les banques à chaque incident de paiement représentent une véritable manne estimée à 6,5 milliards d'euros. Dévoilé à l'automne dernier, ce chiffre a enclenché une controverse telle que Bercy a commandé un rapport sur la question au CCSF (Comité Consultatif du Secteur Financier), qui regroupe les banques, les associations de consommateurs ainsi que les administrations. Le rapport avance un autre chiffre choc, révèle Le Parisien : 25% des Français ont payé des frais à leurs banques pour des incidents de paiements l'an dernier.

Une dizaine de millions de Français sont donc touchés par le cercle infernal des incidents de paiements, qui sont généralement provoqués par des prélèvements automatiques pour des forfaits (téléphonie, internet, mutuelle, etc.). Pour chaque incident, la banque facture des frais de 20 euros pour chaque opération. Or, dans 60% des cas, ces paiements reviennent dans les 4 à 10 jours après leur rejet : si le compte demeure insuffisamment alimenté, il faudra faire face de nouveau à des frais bancaires. Le CCSF, qui estime que la plupart des Français ont de 5 à 10 prélèvements automatiques chaque mois, note que ces frais peuvent représenter de 60 à 100 euros, et plus encore en cas de nouvelles présentations de prélèvements impayés.

Dans ce contexte, il convient donc de trouver une solution. Le Comité suggère de donner plus de souplesse aux Français pour choisir les dates des prélèvements automatiques, ces derniers pouvant tomber à un mauvais moment en fonction des rentrées d'argent (le salaire, par exemple). Le CCSF propose aussi d'améliorer la lisibilité des intitulés pour ces prélèvements, de manière à pouvoir les regrouper et faire en sorte que la banque ne facture qu'un seul incident de paiement.



Tags : banques

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum












Rss
Twitter
Facebook