Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Une grève de trois mois dans le secteur de l'énergie





Le 29 Mars 2018, par Olivier Sancerre

La CGT entend faire pression sur le gouvernement de toutes les manières possibles. Après la SNCF, le syndicat annonce la mise en place d'un mouvement dans le secteur de l'énergie.


La CGT a bien l'intention d'activer tous les leviers à sa disposition pour obtenir le recul du gouvernement sur les dossiers chauds du moment. À la SNCF, la grève perlée — décidée par l'intersyndicale — pour le maintien du statut des cheminots et contre la réforme ferroviaire va débuter le 3 avril. Après une réunion qui s'est tenue à Montreuil, au siège de la CGT, la CGT Mines Energie a décidé d'enclencher un mouvement dans le secteur de l'énergie. Là aussi à partir du 3 avril, l'organisation syndicale invite les salariés à orchestrer des actions. Et comme à la SNCF, le mouvement dans le secteur de l'énergie durera trois mois.

Ces actions pourront être de plusieurs types : baisses de charges dans les centrales nucléaires, coupures pour certaines entreprises, passage en heures creuses dans des zones géographiques ciblées. Les acteurs économiques sont visés, ce qui est un des objectifs du syndicat pour « faire plier le gouvernement », explique Sébastien Menesplier, le secrétaire général de la fédération CGT Mines Energie au Parisien. « Il s’agit de défendre un service public de l’énergie et contrer sa libéralisation », indique-t-il.

Le mouvement se calera sur celui des cheminots « au nom de la convergence des luttes ». Mais parfois, « ce seront des actions menées uniquement par le secteur de l’énergie ». De quoi désorganiser un peu plus la machine économique française qui sera mise sous pression par la grève à la SNCF. « Pendant trois mois, nous allons organiser des mouvements de grève, mais aussi intervenir sur notre outil de production pour faire reculer ce gouvernement », poursuit Sébastien Menesplier. La CGT Mines Energie est le premier syndicat du secteur.



Tags : énergie

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook