Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Une prime pour les salariés en « deuxième ligne »





Le 15 Mars 2021, par François Lapierre

Les salariés dits de « la deuxième ligne » vont peut-être recevoir une prime pour avoir tenu durant la crise sanitaire. C'est du moins ce que le gouvernement voudrait mettre en place avec les branches professionnelles.


Des métiers essentiels en temps de crise sanitaire

Les travailleurs du bâtiment, les vendeurs, les gardiens ou encore les aides à domicile ne se sont pas arrêtés de travailler durant la crise sanitaire, malgré leur exposition à l'épidémie. Leur activité a été essentielle à la vie économique du pays en 2020. C'est la raison pour laquelle le gouvernement voudrait que leurs employeurs versent une prime, sur le modèle de la « prime Macron », sans charges. Du moins, c'est ce qu'avance le quotidien Les Echos : Jean Castex aurait demandé aux branches professionnelles de définir les conditions du versement d'une telle prime. Une mesure qui sera discutée ce lundi 15 mars à l'occasion de l'ouverture de la troisième conférence du dialogue social.

En novembre dernier, Elisabeth Borne avait confié à deux chercheuses le soin de rédiger un rapport pour définir les catégories de métiers qui répondent à la « deuxième ligne ». Deux critères principaux vont permettre de déterminer ces catégories : l'exposition à la maladie et la présence sur site. Les travailleurs en contact avec le public ou des collègues sont donc directement concernés. 

Vers une revalorisation au long cours

En dehors de la prime exceptionnelle, la ministre du Travail a évoqué sa volonté de revaloriser tous ces métiers, dont le niveau de rémunération est souvent peu élevé. Il n'est pas question d'écarter le principe d'une « prime one shot », comme Elisabeth Borne l'a expliqué, mais une discussion plus large sur l'amélioration au long cours des salaires dans ces branches doit être abordée.

La « prime Macron » est un dispositif mis en place après la crise des « gilets jaunes », à la fin de l'année 2018. Il s'agit d'un versement pouvant aller jusqu'à 1.000 euros, exonéré de cotisations sociales et d'impôt sur le revenu. Selon le ministère de l'Économie, cinq millions de personnes en ont bénéficié l'an dernier. 



Tags : prime

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook