Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Une savonnerie de Marseille reprise au Tribunal de commerce par des investisseurs chinois





Le 15 Novembre 2013, par

Les chinois ne sont pas intéressés que par les ports. Après avoir racheté une large partie du port du Pirée à Athènes, tête de pont sur l'Europe, voici que des investisseurs chinois reprennent… une savonnerie traditionnelle marseillaise, la "Compagnie des détergents et savons de Marseille", une des plus anciennes de la ville.


Rien de folklorique pourtant dans cet investissement. Si le savon de Marseille est souvent vendu en France, à côté des produits d'entretien, il est perçu à l'étranger comme un produit de luxe Made in France. Les chinois en sont de très grands consommateurs, mais achètent bien souvent sans le savoir des copies ne respectant pas la recette traditionnelle provençale. Les huiles entrant dans la composition du savon sont ainsi bien souvent remplacées par des graisses animales...

Le fonds Cortez Capital, installé à Hong-Kong, et dirigé par un occidental d'origine belge, Bruno Seghin, va investir deux millions d'euros dans la fabrique de savons rachetée, dont certains équipements datent du XIXe siècle. Les vingt quatre emplois sont préservés mais mieux encore, l'investisseur prévoit d'en créer d'autres à moyen terme.

La savonnerie était placée en redressement judiciaire depuis la fin de l'année 2012, souffrant de la concurrence des produits se revendiquant de Marseille quand dans les faits ils sont produits ailleurs, sans respecter la recette traditionnelle. Les derniers savonniers de la ville (il reste quatre fabriques dans la citée phocéenne) vont monter un dossier pour obtenir la protection de l'appellation d'origine géographique contrôlée pour le savon de Marseille.




Jean-Baptiste Giraud
Jean-Baptiste Giraud est journaliste économique, passé par Radio France, BFM, LCI, TF1 et... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook