Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Unilever (Findus, Carte d'Or…) critiqué pour sa pratique de la « shrinkflation »





Le 8 Septembre 2023, par François Lapierre

Unilever est mis en cause pour avoir réduit les quantités de ses produits tout en augmentant leurs prix. Les pratiques du groupe, révélées par plusieurs médias français, touchent des marques populaires et pourraient affecter considérablement le pouvoir d'achat des consommateurs.


Une stratégie de « shrinkflation » au cœur de la controverse

Le terme anglicisme « shrinkflation » décrit une pratique où les entreprises réduisent la taille ou la quantité d'un produit tout en augmentant son prix, souvent sans informer clairement le consommateur. Unilever, un géant industriel britannique, a été mis en lumière pour ses pratiques de « shrinkflation » affectant plusieurs de ses marques bien connues comme Axe, Rexona, Dove, et d'autres. Un document interne révélé par Libération indique que le groupe propose ces changements aux distributeurs, en posant comme condition que si le nouveau packaging n'est pas accepté, les produits ne seront pas livrés.

Des exemples frappants illustrent cette tendance. Parmi les produits touchés, on trouve les pommes de terre rissolées Findus dont la boîte a été réduite de 10 grammes (de 600 g. à 590 g.), tout en subissant une hausse de prix de 68%. D'autres produits, comme un bac de glace à la vanille de Madagascar de la marque Carte d'Or, ont vu leur taille réduite de 105 grammes, avec une augmentation de prix de plus de 28%.

Des pratiques trompeuses et abusives

Si on ramène ces augmentations au kilogramme ou au litre, elles peuvent atteindre jusqu'à 96%, comme l'a souligné Libération. Ces pratiques posent des questions cruciales sur leur impact sur le pouvoir d'achat des consommateurs, surtout dans un contexte où d'autres marques proposent des tarifs en baisse sur des références similaires.

Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a qualifié ces pratiques de « trompeuses » et « abusives ». Bien que la « shrinkflation » ne soit pas interdite en France, tant que le prix au kilo ou au litre est clairement affiché, les appels à la transparence se multiplient. Il est à noter que d'autres industriels et marques populaires en France, tels que Pedigree, Pierre Martinet, et Doritos, ont également été mentionnés dans des enquêtes médiatiques concernant des augmentations de prix.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook