Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Vers des taxis volants Uber en France ?





Le 9 Septembre 2018, par Paul Malo

Bonne nouvelle : l’Hexagone fait partie de la short list des pays où les taxis volants pourraient décoller à compter de 2023…


Cinq pays encore en lice

C’est un premier pas vers un le taxi volant dont on peut que rêver au cœur des bouchons parisiens... Uber vient de dévoiler la « short list » des pays où le futur service de taxis volant d’Uber pourrait s’implanter. Mais ce n’est pas pour tout de suite, loin s’en faut… Uber Air devrait d’abord déployer les ailes électriques de ses taxis volants à Dallas et Los Angeles à compter de 2020, pour un lancement commercial réel en 2023. Mais pour tester un troisième marché, une short list de cinq pays a été fixée : Australie, Brésil, Inde, Japon, et la France. Le service Uber Air y serait lancé d’ici à cinq ans, a annoncé Uber.

Comment cette liste a-t-elle été fixée ? Uber a déterminé différents critères nécessaires au lancement, et au succès, de son service de taxis aériens à décollage et atterrissage vertical. D’abord, la ville cible doit compter plus de deux millions d’habitants. Ensuite, elle doit disposer d’un aéroport à moins d’une heure de son centre-ville (et Paris en compte deux). Enfin, elle doit souhaiter accueillir un tel service de transport futuriste. Et non seulement c’est le cas de la capitale française, mais en plus Paris accueille un hub de nouvelles technologies d’Uber. Un avantage clé pour emporter la mise ? La réponse dans six mois.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré
















Rss
Twitter
Facebook