Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »





Le 3 Septembre 2018, par La Rédaction

Vincent Stellian est à la tête de Quietalis, entreprise spécialisée en conception, installation et maintenance de cuisines professionnelles dans des secteurs très variés. Il peut se féliciter d’une forte croissance acquise selon un modèle de développement qui met en avant son indépendance. Retour sur la stratégie de l’entreprise.


Quietalis est une PME indépendante, c’est-à-dire ni adossée à un groupe ni affiliée à une marque. Quelle différence cela fait-il pour vos clients ?
 
La réponse est dans la question : nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants.
Je rappelle que nous intervenons dans cinq domaines : le froid, la cuisson, la laverie, la menuiserie inox et la buanderie. Lorsqu’un client nous sollicite dans le cadre d’un projet, il sait que notre réponse sera guidée par le souci unique de répondre le plus précisément à sa demande et à la compréhension que nous aurons de l’utilisation qu’il souhaite faire de son équipement.
Ce qui implique d’intégrer dans notre proposition quatre dimensions, que j’appelle les « 4 E », soit les dimensions économique, ergonomique, efficacité, et éco-responsabilité.
 
Comment avez-vous réussi à maintenir cette indépendance ?
 
L’indépendance de Quietalis repose sur trois fondements. Le premier est la recherche permanente de la qualité : dans les interventions, dans le service après-vente, dans la relation client.

Le deuxième est la culture du résultat, ce qui passe nécessairement par une gestion saine, de la rigueur organisationnelle et une croissance rentable.

Le troisième fondement réside dans la politique de groupe qui met en avant le talent individuel au service du groupe, la formation permanente et la transmission des bonnes pratiques.
 
Quel est l’impact sur les relations que vous entretenez avec vos fournisseurs ?
 
Pour Quietalis, un bon fournisseur est un partenaire qui doit tout d’abord respecter nos convictions et notre identité. Ensuite, il doit nous proposer des conditions commerciales permettant d’être compétitif. Enfin, il est à l’écoute des informations que nous pouvons lui communiquer en provenance de nos clients et il est force de proposition en matière d’innovation.  

En contrepartie, nous sommes prêts à nous engager avec nos fournisseurs dans des relations de fidélité, à la fois durables et constructives. Notre rayonnement national nous permet aussi de tirer la croissance et l’envergure de certains de nos fournisseurs bien au-delà de leur zone d’activité habituelle.

Vincent Stellian, Quietalis
Vincent Stellian, Quietalis
Cette indépendance ne risque-t-elle pas aussi de constituer à terme un frein pour votre stratégie de croissance externe ? 
 
Au contraire, nos partenaires financiers de Pléiade investissement, présents à nos côtés depuis l’origine du groupe, restent attentifs aux opportunités de croissance que nous pourrions envisager pour Quietalis. Ils sont également très réactifs.

Mais il n’est pas question de sacrifier nos fondamentaux pour servir uniquement la croissance externe, cela n’aurait pas de sens. Le groupe a par le passé souffert d’une croissance externe non maîtrisée avec des effets très négatifs sur le niveau de résultat et sur l’efficacité professionnelle.
 
Quietalis est la seule entreprise multimarque indépendante à opérer sur l’ensemble du territoire français. Ne commencez-vous pas justement à attirer l’attention des investisseurs ? Avez-vous des propositions ?
 
Quietalis est en effet une entreprise qui gagne de jour en jour en attractivité. C’est une conséquence logique lorsque l’on parvient à gagner des clients tout en nous conservant nos partenaires historiques. Notre chiffre d’affaires top line est en progression constante.

L’objectif est de rester une entreprise référente sur son marché, d’opérer nationalement et de garder un leadership reconnu, en installation comme en maintenance.
 
Quelles sont les prochaines étapes de votre stratégie de développement ?
 
Depuis la reprise de l’entreprise en juin 2016, j’ai opéré une profonde réorganisation de Quietalis qui a abouti à la fusion de l’ensemble des entités sous le nom Groupe Quietalis.

L’entreprise est maintenant structurée autour de ses cinq directions régionales opérationnelles et les services centraux sont au travail pour apporter leur soutien optimal aux équipes de terrain.

Dans la période 2018/2020, le groupe va poursuivre sa transformation à travers trois grandes orientations : primo, un chantier de digitalisation global à destination des clients est en cours ; deuxio, l’accent est mis sur le service après-vente et la maintenance préventive ; tertio, l’effort tendant à améliorer la qualité du recrutement et de la formation professionnelle. En somme, le groupe Quietalis s’apprête en toute sérénité à entamer un déploiement autour de ses fondamentaux.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook