Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Voiture autonome : comment Valeo conjugue mobilité et sécurité





Le 19 Novembre 2021, par La Rédaction

Le 23 novembre, l’équipementier automobile Valeo organise l’événement en ligne ‘Voir l’invisible... pour une mobilité plus sûre et plus intelligente’. L’occasion de faire le point sur les nouveautés en termes de technologies d’aide à la conduite. Avec, en ligne de mire, la voiture autonome de demain.


Comme il semble loin le temps où BMW défrayait la chronique automobile avec sa Série 7 et son aide au créneau en marche arrière. C’était en 1991, l’année où Berlin est redevenue la capitale allemande. Trente ans plus tard, deux voitures – la Honda Legend et la Mercedes Class S – marquent un pas de géant dans l’histoire de l’aide à la conduite : ce sont les deux premières voitures de série capables d’atteindre le niveau 3 d’autonomie. Concrètement, l’une et l’autre peuvent réagir sans intervention du conducteur, dans certaines situations comme les embouteillages. Leur point commun ? Elles sont toutes deux équipées du LiDAR de l’entreprise française Valeo, leader mondial du secteur, particulièrement en pointe sur les capteurs d’aide à la conduite, aussi connus sous l’acronyme anglosaxon ADAS. « Valeo se présente comme nº1 mondial en électrification des véhicules et dans les ADAS. Avec notamment Waymo comme client. Vous cherchez des leaders français dans la tech ? Il y en a ! », avait tweeté Olivier Ezratty, auteur et spécialiste des technologies quantiques. Cocorico, donc.
 
Les 5 niveaux d’assistance à la conduite
Mais de quoi parle-t-on au juste ? Depuis 30 ans, ces fameux capteurs d’aides à la conduite ont connu plusieurs évolutions, comme l’explique l’organisme américain SAE International, qui tiendra d’ailleurs sa grand-messe dédiée à la voiture autonome les 7 et 8 décembre. Les trois grandes étapes : l’alerte des risques de collision grâce à des capteurs à ultrasons, l’assistance au freinage et le maintien de la trajectoire, et enfin la délégation de conduite, comme dans les films de science-fiction. Nous entrons donc actuellement dans la troisième phase.
 
Selon la classification de SAE International, le degré d’autonomie des véhicules est échelonné sur 5 niveaux, en considérant par exemple que la bonne vieille 2CV se situe au niveau 0. Voici donc les traits principaux des niveaux 1 à 5  :
  • Niveau 1 : votre voiture dispose d’une assistance au freinage (type ABS), d’un système de maintien des distances ou d’une aide au stationnement, sans que tous les composants électroniques soient reliés entre eux ;
  • Niveau 2 : c’est la norme actuelle des nouvelles voitures, avec des systèmes d’aides combinés pouvant gérer simultanément différentes situations. Dans certaines conditions, le conducteur peut retirer les pieds des pédales, mais pas les mains du volant ;
  • Niveau 3 : l’ordinateur de bord peut piloter la voiture dans certaines conditions, mais le conducteur doit superviser les opérations et être capable de reprendre le contrôle à chaque instant. Honda et Mercedes commercialisent donc leurs premiers modèles ;
  • Niveau 4 : l’assistance au pilotage permet au conducteur de faire autre chose que de conduire, comme de regarder un film ou de consulter son smartphone, mais pas sur tout type de routes. Certains véhicules comme des navettes de transport sont en cours d’essais, grandeur nature, en Californie et au Nevada.
  • Niveau 5 : la voiture se conduira toute seule, sans intervention humaine. Rêve ou réalité, le débat est ouvert.
 
« Le véhicule autonome va profondément transformer notre société, notre mode de vie, notre économie, assure Bertrand Duflos, auteur du site Mobilité Véhicule Autonome. En décembre 2018, Waymo a effectué des tests sous forme d’un véritable service de taxis autonomes. À l’automne 2019, Waymo a commencé à réaliser certains trajets – à petite échelle, certes –, sans même un conducteur de sécurité. General Motors avait annoncé l’ouverture d’un service de taxis autonomes dans une première ville américaine – vraisemblablement San Francisco – d’ici à fin 2019, mais le lancement de ce service a finalement été différé sine die. » Ce sera finalement chose faite en 2023 avec les tout premiers « robotaxis » à Las Vegas, comme le révèle Jean-Baptiste Lefèvre, responsable digital chez Choyou.
 
Valeo, leader mondial des aides à la conduite
Depuis les années 90, Valeo s’est taillé une solide réputation auprès des constructeurs automobiles, pour tous les systèmes d’aides à la conduite innovants que l’entreprise française a conçus et développés, au point d’arriver sur les voitures de monsieur Tout-le-monde. Aujourd’hui, une voiture sur quatre dispose de l’une des technologies d’assistance à la conduite signées Valeo, pour lesquelles l’entreprise française a signé deux milliards d’euros de commandes en 2021.
 
Toujours plus perfectionnées, ces aides à la conduite sont le fruit d’un long travail d’intégration de technologies complexes tendant vers la sécurité routière la plus complète. Le 23 novembre, l’équipementier tricolore profitera donc d’une présentation virtuelle en ligne, en deux sessions distinctes, à 11h puis 17h, intitulée Voir l’invisible... pour une mobilité plus sûre et plus intelligente’, pour présenter sa dernière technologie en la matière.
 
Une nouveauté, donc qui viendra compléter un éventail déjà très fourni. Valeo dispose déjà du portefeuille de solutions le plus complet du marché en matière d’aides à la conduite, notamment des capteurs à ultrasons, des radars, des caméras et du seul et unique LiDAR sur le marché automobile qui soit déjà produit en série et monté dans des véhicules de série. Pour donner une idée de la présence des équipements de l’entreprise française à bord des véhicules en usage dans le monde, quand le conducteur entend le bip sonore à l'approche d'un obstacle, il y a une chance sur deux que cette alerte provienne d’un capteur à ultrasons Valeo ; quand il regarde l'image de son véhicule sur son écran au tableau de bord, marche arrière enclenchée, il y a une chance sur trois que cela vienne d’une caméra Valeo. Enfin, quand la détection se fait vers l'avant de la voiture, il y a une chance sur quatre que cela se fasse avec une caméra frontale Valeo.
 
Le LiDAR de Valeo (niveau 3), seul et unique produit en série répondant aux normes de l’automobile, équipe donc la Honda Legend et la Mercedes Class S dont nous parlions plus haut. Il permet de recréer une représentation détaillée de l’environnement du véhicule en 3D et de détecter objets et obstacles même quand ceux-ci ne sont pas dans le champ de vision du conducteur. Ce bond technologique, dont l’entreprise française maitrise aussi l’industrialisation, fait d’elle le leader incontestable en matière de sécurité routière, au sens le plus large du terme. Cette avancée devrait avoir un effet moteur sur tout le secteur.
 
Ces technologies n’ont pas fini de révolutionner le monde de l’automobile, jusqu’à notre permis de conduire comme le relaye Jonathan Chan, chef de projet digital chez iProspect : « La conduite autonome arrive officiellement dans le Code de la route. Un nouveau décret va permettre de reconnaître officiellement les systèmes de conduite automatisés. » Sur le plan de l’innovation technologique, Valeo compte bien garder une longueur d’avance même si la concurrence s’organise, avec Argo AI, Nuro, Navya, TSR, TuSimple ou encore Hprobe. Les premiers véhicules totalement autonomes seront probablement dédiés à la livraison, sur des circuits fermés. Les enjeux commerciaux sont énormes, comme le montre la capitalisation de la start-up américaine Nuro, à 8,6 milliards de dollars. « La jeune pousse lève 600 millions de dollars pour développer ses fourgonnettes robotisées, dans un marché de la livraison en plein boom », s’enthousiasme Emmanuelle Leneuf, fondatrice de FlashTweet. La voiture autonome, nous n’avons pas fini d’en parler…
 
 





Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Direction générale | Politiques économiques | Industries et techniques













Rss
Twitter
Facebook