Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Yanis Varoufakis vote oui aux réformes de rigueur en Grèce





Le 23 Juillet 2015, par

Yanis Varoufakis n’avait pas attendu de démissionner du gouvernement grec au lendemain du référendum (qui avait pourtant donné largement raison à son Premier ministre) pour faire entendre haut et fort ses vues anti-austérité.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
L’ancien ministre des Finances grec, redevenu homme affranchi d’une solidarité gouvernementale qu’il n’appliquait guère, a depuis son départ multiplié les discours et articles, creusant un peu plus le sillon de l’anti-rigueur dont il s’est fait le chantre. Mais s’il a voté non au premier train de réformes présenté par Alexis Tsipras la semaine dernière, il a finalement voté oui au second volet des réformes pour lesquelles le pays s’est engagé.

Pourtant, ces nouveaux dispositifs ne sont pas moins marqués de l’austérité que Yanis Varoufakis continue de vilipender. Un discours, mais deux standards différents pour l’ex ministre, qui écorne ici une image très populaire en France. 

Ce deuxième train de mesures concernait cette fois une réforme de la justice dont l’adoption traînait en longueur depuis des mois, ainsi que la transposition d’une directive européenne sur les banques. Athènes doit se hâter de faire passer ces lois pour faire en sorte de finaliser le troisième plan d’aide au pays : la Grèce en attend 80 milliards d’euros sur trois ans. 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : grèce

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook