Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Alstom : fermeture de l'usine de Belfort





Le 8 Septembre 2016, par

Le cour est dur pour la ville de Belfort, qui va subir la fermeture du site d'assemblage d'Alstom d'ici 2018. Cette usine y produit des trains depuis… 1880. Tout un symbole donc.


Ce sont 400 emplois qui sont menacés après l'annonce par Alstom de la fermeture de son usine à Belfort. Celle-ci sera effective en 2018, après que la direction du groupe a fait savoir que la production française de ses douze lignes de production va chuter de près d'un tiers à cette date. La perte d'un appel d'offres pour des locomotives de manœuvre pour 140 millions d'euros, fin juillet, a précipité la décision d'Alstom.

Les salariés se verront proposer des solutions de reclassement, promet l'entreprise. Les activités de Belfort seront transférées sur le site de Reichshoffen, en Alsace. Problème : le carnet de commandes de cette usine est plein… jusqu'en 2018. Et il faut encore que l'État signe la commande de 30 rames de trains pour y assurer l'activité…

Si Alstom rencontre des problèmes en France, en revanche à l'étranger l'entreprise se porte comme un charme, en témoigne ce contrat à 1,8 milliard de dollars pour la construction de 28 trains pour l'américain Amtrak. Malheureusement, les emplois liés à cette commande ne seront localisés qu'aux États-Unis. Les politiques, en premier lieu Ségolène Royal, demandent maintenant des comptes à Alstom.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : alstom

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?