Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

BNP Paribas : une amende de 5 milliards de dollars





Le 21 Mai 2014, par

La BNP-Paribas est tombée dans les mailles du filet de la justice américaine. La banque a été prise la main dans le sac à réaliser des opérations avec des États considérés comme « voyous ».


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Ces États voyous, comme l'Iran ou le Soudan, sont sous embargo par la plupart des autres pays. La BNP Paribas a fait fi de ces préventions et a poursuivi des activités financières avec certains de ces États mis au banc de la communauté internationale en raison, entre autres, de leur financement présumé du terrorisme. Il s'agit d'un crime très grave puisque la banque s'est rendue coupable d'infraction aux embargos internationaux, rien de moins.
 
Les États-Unis ont ainsi l'intention de mettre l'établissement bancaire français à l'index et histoire de faire un exemple, vont assortir l'opprobre d'une amende musclée. Le New York Times a ainsi évoqué 5 milliards de dollars, soit 3,6 milliards d'euros — et le montant augmente de semaine en semaine, puisqu'il y a quelques jours, l'amende n'était « que » de 3,5 milliards de dollars.
 
Le hic pour la banque est que cette somme dépasse les provisions réalisées pour éponger l'amende. Les 800 millions d'euros mis de côté n'y suffiront certainement pas… Mais il y a pire pour la BNP Paribas : en plus de la mise à l'index chèrement tarifée, elle pourrait bien aussi perdre sa licence d'exercer sur le sol américain. Voilà qui serait encore plus dommageable… Quoi qu'il en soit, il semble bien que la banque française n'ait pas su manoeuvrer comme il le fallait pour passer entre les gouttes : le Crédit Suisse, également convaincu de violation des embargos internationaux, a pu s'en tirer à bon compte.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook